Baisse des charges sociales pour les agriculteurs : "l'une des rares solutions qui restent au gouvernement français" (économiste)

par Rédaction de France Info mercredi 17 février 2016 10:29

Le niveau des charges sociales que doivent payer les agriculteurs serait l'un des derniers outils encore aux mains des autorités françaises, affirme à France Info Jean-Christophe Bureau professeur d'économie à AgroParisTech (école qui forme notamment des ingénieurs agronomes) : "C'est l'une des rares solutions qui restent à disposition du gouvernement français puisque c'est une politique sur laquelle la France a une prise direct, elle ne peut pas décider d'un relèvement du prix du lait ou du porc, qui se décident au niveau européen. Donc la baisse des charges, avec quelques autres mesures comme l'étalement des cotisations, ou des aspects un peu fiscaux, est tout ce qu'on peut faire au niveau national."

L'économiste se montre en revanche sceptique quant à l'efficacité de la mesure : "Je ne suis pas certain que ça suffise: on abaisse des charges sur les revenus des exploitants, mais quand vous avez des revenus faibles, les charges sont assez faibles. Et les charges sur les salariés agricoles sont un poids important, mais ça ne touche pas non plus toutes les exploitations, puisque toutes n'ont pas de salariés."

Jean-Christophe Bureau propose une régulation de marché au niveau européen, la production étant supérieure à la demande : "Les quotas étaient une solution qui a assez bien marché pendant une vingtaine d'années pour le lait et le sucre. On s'en est débarrassés parce que ça avait un certain nombre d'effets pervers, les quotas prenaient une valeur, un peu comme les licences de taxi, ce qui veut dire des barrières à l'entrée pour les plus jeunes. On pensait aussi que les marchés mondiaux étaient assez porteurs, la Chine demandait beaucoup de lait, de poudre de lait, mais le ralentissement chinois montre que ça n'était pas forcément une bonne idée."

Le gouvernement présente ce mercredi après-midi ses propositions pour essayer de sortir de la crise qui touche actuellement le secteur agricole. La semaine dernière, François Hollande a annoncé une baisse des charges. La FDSEA demande dix points d'allègement de cotisation sociale.