Attaque en Côte d'Ivoire : "il s'agit de châtier la France" (Vincent Hugeux)

par Rédaction de France Info dimanche 13 mars 2016 19:42

"Lorsque l'on frappe ce genre de cible, il s'agit d'une part de châtier la France pour son engagement dans le combat contre le fléau djihadiste sur l'ensemble de l'aire saélo-saharienne" et d'autre part de, "punir les Etats perçus comme des alliés de l'ancienne puissance coloniale, donc comme des ennemis", affirme Vincent Hugeux, grand reporter à l'Express et spécialiste de l'Afrique, invité de France Info ce dimanche.
Pour le journaliste, les assaillants savaient qu'ils trouveraient dans une station balnéaire comme Grand-Bassam, "des expatriés et des élites locales".

Pour Vincent Hugeux, il s'agit d'un groupe djihadiste : "qu'il s'agisse du calendrier ou du modus operandi tout semble indiquer effectivement un groupe djihadiste". Il rappelle que les assauts contre Bamako au Mali (qui a fait 22 morts en novembre dernier) et à Ouagadougou au Burkina Faso (29 morts en janvier dernier), "ont été revendiqués par Al-Mourabitoune dirigé par Mokhtar Belmokhtar, un ancien du Groupe islamique armé et du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) algérien, qui avait déja été très actif au Mali".

"Il était parfaitement clair" qu'après les assauts terroristes à Bamako et à Ouagadougou, "on savait bien que des villes telles que Dakar et Abidjan pouvaient apparaître comme cibles idéales", affirme Vincent Hugeux. Selon lui, en janvier dernier, des messages émanants des ambassades des Etats-Unis à Dakar (Sénégal) et Abidjan (Côte d'Ivoire), "se basant sur des écoutes téléphonique semble-t-il, invitaient les ressortissants américains à éviter les lieux publics, les gares routières, les supermarchés etc."

D'après le journaliste, la Côte d'Ivoire, "était depuis des mois en état d'alerte maximum", évoquant cinq projets attentats déjoués au moins dans l'année écoulée.

3 hôtels ont été attaqués ce dimanche, dans la station balnéaire de Grand-Bassam, au sud-est d'Abidjan. On ignore encore le nombre de victimes. 6 assaillants ont été neutralisés, des "ratissages" sont en cours, selon le gouvernement ivoirien.