Affaire Bettencourt : l'ex-majordome et cinq journalistes relaxés dans le volet écoutes de l'affaire

par Rédaction de France Info mardi 12 janvier 2016 14:55

L’ex-majordome de Liliane Bettencourt, Pascal Bonnefoy, a été relaxé dans un le volet "écoutes" de l’affaire par le tribunal correctionnel de Bordeaux. Les cinq journalistes du Point et de Médiapart mis en cause pour avoir révélé le contenu des enregistrements ont également été relaxés. Le président Denis Roucou a estimé que Pascal Bonnefoy, accusé d’atteinte à l’intimité de la vie privée, n’avait tiré "aucun avantage" des enregistrements pirates des conversations privées de Liliane Bettencourt qu’il a réalisé entre 2009 et 2010. L’ex-majordome a accueilli la décision par des pleurs, tandis que son avocat, Antoine Gillot, serrait le poing en souriant. Le président a poursuivi par un long développement sur la liberté de la presse. Il souligne que "la protection de la vie privée est essentielle", mais que "la liberté de la presse est un fondement de notre démocratie". Prenant acte du travail "sérieux" du Point et de Médiapart, il a refusé de condamner les journalistes pour recel. Pour lui, "dès lors que l’intérêt général est en jeu, l’atteinte à la vie privée devient plus relative". Le parquet avait requis des peines d’amendes contre Pascal Bonnefoy et les cinq journalistes, Hervé Gattegno, Franz-Olivier Giesbert, Edwy Plenel, Fabrice Lhomme et Fabrice Arfi. Dans ses attendus, le tribunal s’est montré très sévère avec le parquet de Nanterre, qui a empêché l’affaire de sortir.