aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Un policier de Mulhouse violement agressé dans un guet-apens

le Dimanche 16 Septembre 2012 à 21:02
Par Antoine Krempf

Un policier de Mulhouse tombe dans un guet-apens à Kingersheim. © IDÉ

Le fonctionnaire de 37 ans rentrait chez lui quand une voiture l'a forcé à se garer dans un endroit où l'attendait une quinzaine d'agresseurs. Il a été roué de coups et laissé inconscient dans sa voiture en flammes.

"Sale flic !" C'est l'insulte dont se rappelle un policier de Mulhouse alors qu'il était violement frappé par une quinzaine de personnes dans la nuit de samedi à dimanche. Un peu plus tôt, alors que l'agent de 37 ans rentrait chez lui, une voiture l'a obligé à se garer dans un endroit où l'attendait ses agresseurs cagoulés et armés de bâtons, selon le syndicat de police Alliance.

Après s'être évanoui, l'homme a repris conscience dans sa voiture incendiée. La victime a réussi à éteindre les flammes avant de prévenir les secours. Il souffre d'une fracture à la mâchoire et de brûlures aux mains.

Un policier de 37 ans s'est réveillé dans sa voiture en feu après avoir été roué de coups. Les précisions de Patrick Genthon.  

Lecture
 
Partager
Par Antoine Krempf
5
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Quand fera-t'on autant de battage médiatique pour un maçon qui tombe d'un échafaudage, pour un routier qui se tue au volant (après trop d'heures au volant), pour une prostituée agressée par un client ? Il y a des boulots plus risqués que d'autres, mais au moins, les policiers et les militaires en sont conscients lorsqu'ils signent (j'espère, sinon, ça fait peur !)... alors pourquoi n'ont-ils pas choisi la voie de la CAFAL, la sécurité sociale, la bibliothèquerie municipale ?
Avatar de pierre
Il y a encore peu, lorsque le père ou la mère disait à sa progéniture de ne pas trainer dans les rues, de faire ses devoirs pour obtenir un diplôme qui permettrait plus tard d'obtenir un travail, honnête, ces conseils étaient suivis. Aujourd'hui, c'est l'instituteur, le professeur et tout ce qui touche le service public (presque totalement démantelé) qui sont en première ligne et qui servent de fusible. Comment voulez-vous faire comprendre à des types qui gagnent entre 100 et 400 euros par jour, en faisant le guet pour les dealers, qui roulent leurs mécaniques, au sens large du terme, que c'est en travaillant honnêtement qu'ils seront des hommes considérés ? L'exemple vient d'ailleurs d'en haut ! On parle des petites frappes qui sont, certes, une plaie. Mais les grands délinquants fiscaux, les exilés fiscaux, les truands à l'impôt qui ne pensent plus qu'à leur seule patrie qui s'appelle l'argent, ces derniers peuvent agir en toute impunité. Nous avons nombre d'artistes "français" qui s'étranglent en voyant la misère proliférer dans leur pays. C'est honorable. Mais ils habitent où ? Ils payent leurs impôts où ? Alors si l'on veut donner des leçons de morale, il faut que ces leçons soient dispensées à tous. Par ailleurs, je connais bon nombre de policiers qui font leur travail vraiment avec des "bouts de ficelle". Ils ne sont pas soutenus en haut lieu, on leur met du matériel inadapté à disposition (voitures en bout de course notamment) alors que la police municipale qui a un rôle complètement mineur à jouer, est mieux équipée que la police nationale. On rapatrie en catastrophe, au besoin, quelques C.R.S. pour une durée limitée. Dès que ces derniers sont partis, les autres, qui sont connus des loubards et des dealers se retrouvent à nouveau seuls face aux loubards qui n'ignorent en rien du peu de personnel policier disponible (merci M. Sarkozy d'avoir démantelé la police de proximité), et des tribunaux engorgés par manque de personnel également. A Mulhouse, il y a une vieille prison qui date de 1860 ... elle est déjà surpeuplée, comme celle d'Ensisheim. Mais ce n'est pas en construisant des prisons que ça change. Victor Hugo préconisait plutôt la construction d'écoles, pour justement fermer les prisons. Il faudrait aussi supprimer les cités ghettos ... et il faut arrêter de fermer des entreprises, surtout lorsqu'elles sont bénéficiaires !
Avatar de anonyme
Malheureusement ce genre de situation arrive bien trop souvent. Je pense que la délinquence s'est généralisée. Et le rap US et français n'a rien fait pour arranger les choses au contraire. Même dans ma petite ville de province bien tranquille il y a quelques années, ça zone aujourd'hui. Les gouvernements successifs ont été et sont dépassé par les évennements. Je me fais du soucis pour notre avenir et celui de nos enfants.
Avatar de anonyme
Il est hélas grand temps de reconsidérer les peines;
aller directement au contenu