aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Un incendie mortel à La Clusaz soulève le problème du logement des saisonniers

le Vendredi 4 Janvier 2013 à 17:49
Par Ludovic Pauchant

La mort d'un saisonnier et de sa petite amie jeudi soir à La Clusaz, en Haute-Savoie, dans l'incendie de leur fourgon aménagé, a poussé la municipalité à prendre vendredi des mesures pour tenter de reloger au plus vite les dix autres saisonniers qui vivent dans des camions sur le parking où a eu lieu le drame.

L'incendie de la camionnette dans laquelle le saisonnier et sa petite amie de 17 ans vivaient avait causé leur mort jeudi soir. Probable origine de l'incendie : le chauffage d'appoint installé dans le fourgon. Lui avait 20 ans et travaillait aux remontées mécaniques de La Clusaz : comme de nombreux autres saisonniers de la station de ski, il avait trouvé dans sa camionnette un moyen de se loger à bas prix alors que les solutions d'hébergement manquent cruellement.

Les autres saisonniers déplacés vers un autre parking

Sur les lieux du drame, un parking en marge des installations, une dizaine d'autres saisonniers, installés comme eux dans leur véhicule. Vendredi, le maire de la commune recevait leur représentant en urgence pour faire le point : choqués, ils ont été dirigés vers un autre parking de la station, en attendant qu'on leur propose un relogement. Une nouvelle répartition, tenant compte des lieux de travail de chacun, sera effectuée ultérieurement. Enfin, une solution de relogement sera proposée aux saisonniers qui souhaitent changer de mode d'habitation.

"Pourquoi ne nous donnent-ils pas simplement un terrain où il y a l'électricité et l'eau ? Avec l'électricité, personne n'aurait besoin de stocker autant de pétrole : on est tous entassés, c'est très dangereux..."

Or tous ne sont pas disposés à quitter leur véhicule. "Il n'est pas évident qu'ils les acceptent. Pour l'heure, la municipalité va donc les aider à déplacer leurs camions vers un autre emplacement. C'est un choix de vie, mais nous ne pouvons cependant pas encourager ce type d'hébergement", explique Alexis Bongard, le directeur de l'office de tourisme de La Clusaz.

Ce n'est pas Thibaud, dont le fourgon était garé à quelques mètres de celui qui a brulé, qui le contredira : lui aussi, ne veut pas quitter son fourgon.  "Parce que, explique-t-il, un appartement, c'est au moins 1.000 euros. Et on ne peut même pas y emmener nos chiens, notre seule famille." Mais surtout, Thibaud pointe le manque d'infrastructures adaptées : "Pourquoi ne nous donnent-ils pas simplement un terrain où il y a l'électricité et l'eau ? Avec l'électricité, personne n'aurait besoin de stocker autant de pétrole dans une telle promiscuité : on est tous entassés, c'est très dangereux..."

Des aires d'accueil spécifiques aménagées à Chamonix

Côté mairie, on regrette évidemment le drame. En rappelant toutefois que des efforts conséquents ont déjà été faits : "La mairie investit dans un centre de logement de saisonniers et nous sommes une des stations qui logent le plus de saisonniers, tant au niveau des entreprises professionnelles qui logent sur la station qu'à celui de la municipalité et des équipements", explique le directeur de l'office du tourisme.

L'hébergement des saisonniers dans les 110 stations des Pays de Savoie reste problématique, notamment pour ceux qui ont choisi de vivre dans leur véhicule. Certaines stations, comme Chamonix, ont aménagé des aires d'accueil spécifiques. D'autres, comme La Clusaz, ne souhaitent pas encourager ce type d'habitat.

Incendie mortel à La Clusaz : les explications sur place de Richard Vivion  (avec l'interview d'un des saisonniers du parking où le fourgon a pris feu)

Lecture
 
Partager

 

Par Ludovic Pauchant
10
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
legendre (anonyme),
10 ans que je fait des saisons dix ans que c est le meme probleme. si le patron loge pas les loyers sont hors de prix pour voir au fur et a mesure des années les salaires diminuer et les loyers augmenté et oui faire une saison ne rapporte plus sauf si on se loge comme le couple qui viens de mourir parce que les patrons ne les logé pas.
Avatar de anonyme
Juan Manuel (anonyme),
Oui c'est facile surtout quand on ai pas concerner dans remettre une couche. Quelle chois de vie? Pas de saisonniers, pas de saison. Arrêter de couvrir toujours les mêmes. Un patron qui veut des saisonniers, et bien qu'il se donne les moyens d'en avoir, et qu'il les loges. Enfin les bénéfices qui en profite sinon lui. Pour les gens du voyage, certaines municipalité mette à disposition des terrains aménager, et là dans un cas ou les municipalités y son gagnantes on ne pourrais rien faire? A d'autres, Je souhaite seulement que les responsables et a commencer par le maire dormes bien mal.
Avatar de anonyme
thierry bayle (anonyme),
je suis écœuré par cette info, le problème n'est pas de soulever un problème mais dans parler et dans tirer les plus honnêtes conclusions. D'un cote comme de l'autre (économie local et saisonnier) y trouve leurs intérêts. Personnellement ai entendu dans la bouche d'un procureur (tribunal d'Alberville) une piètre considération des saisonniers. Certes nous étions dans un tribunal, donc quelque chose a nous reprocher. Mais le respect de cette catégorie de travailleur mérite tous autans le respect que quiconque. Je crains que sans eux l'industrie de l'or blanc serais encore bien plus onéreux, et limiterais l'expansion de ces régions . Alors Mr le (les) maire, ne dite pas que vous souhaiter offrir des logements décent pour les saisonniers pour mieux stigmatiser une partie de ceux-ci (les non logés). Agissez pour dire que vous avez besoin de tous les saisonniers, malgré leurs mode de vie. leurs vie extreme ne vos pas autans que celle qu'il plébiscite souvent, je pense aux free rider de ski ou aux animations stil (rav party) organiser dans vos stations!!!! Ces vrais, cette catégorie de populations peux nous dérange, mon fils ma dérangé, mais ils sont la avec nous, ils nous en manque deux, je pleur; Mr le procureur, les nouvelles de votre journal vous avait inspire, une bien piètre plaidoirie, extreme dans la violence de votre pensée (a peine voiler) politique, médiocre dans l'esprit citoyens cherchants une volonté de réconciliation.Mr le procureur, le tribunal n'a pas vocations de salons de lecture pendant le jugement et encore moins de tribune. Nous avons besoins de tous nos jeunes, a nous de les protéger quelqu'en soit le prix. Deux sont partie, pas un officiel mêmes vous journalistes avez pensée a eux; je ne s'ai rien d'eux, d'ou viennent t il comment s'appelle t il ou il travaillait tres grande pensée aux parents Salutations
Avatar de anonyme
Certaines municipalités , certains employeurs sont bien contents d'occulter le problème .Il faut le beurre et l'argent qui va avec, n'est-ce pas?
aller directement au contenu