aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Paris truqués : "Très fortes suspicions de non-respect de l'éthique sportive" (procureur)

le Lundi 1 Octobre 2012 à 16:32 mis à jour à 20:00
Par Clara Beaudoux

Le procureur de la République de Montpellier Brice Robin © capture écran iTélé

Les gardes à vue ont été prolongées, dans l'affaire des paris truqués lors du match de handball Cesson-Montpellier, a indiqué le procureur lors d'une conférence de presse lundi. Les deux compagnes des frères Karabatic seront présentées mardi matin au juge d'instruction. Des joueurs actuellement entendus seront aussi déférés mais le procureur de Montpellier n'a pas encore précisé lesquels. Vers 20h, trois joueurs ont été remis en liberté, un nouveau est en garde à vue.

Les gardes à vue des six joueurs interpellés dimanche sont prolongées jusqu'à mardi matin, a indiqué le procureur de la République à Montpellier, Brice Robin, lors d'une conférence de presse lundi après-midi. Le procureur a expliqué qu'il existe "de très fortes suspicions de non-respect de l'éthique sportive" dans l'enquête sur le match de handball Cesson-Montpellier en mai (D1).

Vers 20h, Trois handballeurs de Montpellier -Mickaël Robin, Vid Kavticnik et Wissem Hmam- ont été remis en liberté lundi tandis qu'un nouveau joueur du club, Issam Tej, a lui été placé en garde à vue dans la soirée, a-t-on appris de source proche du dossier. Il s'agit de "remise en liberté technique" selon cette source.
Un nouveau joueur a été placé en garde à vue : Issam Tej. 

Concernant le calendrier, le procureur a indiqué que le parquet avait lancé une enquête préliminaire en juin 2012, puis une information judiciaire le 1er août. "Quand ces éléments ont été portés à ma connaissance, je n'ai pas pu y croire", a ajouté le procureur. "Que des joueurs aussi talentueux aient pu se laisser aller à de tels errements, en n'hésitant pas à bafouer leur éthique sportive, et à parier sur leur propre défaite...", a commenté Brice Robin.

Des paris suspects "à quatre niveaux"

Le procureur est revenu sur les principaux aspects suspects des paris :

  • Des sommes anormalement elevées, "quarante fois supérieures à la normale" : 87.880 euros avaient déjà été pariés à la mi-temps, contre 1.000 à 2.000 euros normalement.
  • Des paris effectués dans seulement trois lieux géographiques : Montpellier et ses environs, Paris et ses environs, et Rennes.
  • Ces paris ont tous commencé à 10 heures précises et "en une heure de temps les près de 90.000 euros ont été engagés".
  • Tous les paris ont été effectués par multiple de 100 euros, permettant de préserver l'anonymat des joueurs.

Au total, les joueurs ont ainsi gagné la somme de 252.880 euros, a ajouté le procureur, évoquant "un match idéal pour parier" car le club de Montpellier était déjà assuré de remporter le championnat. 

"Des liens très étroits ont été créés entre les joueurs et leurs parieurs"

Le procureur a également raconté l'exemple d'un gérant de bar qui a joué 15.400 euros dans son propre établissement, et 10.100 euros dans le bar d'à côté. "Curieusement, il déclare connaître plusieurs membres de l'équipe, et curieusemeent il a été appelé par l'épouse de Karabatic juste avant de parier", a commenté le procureur. Après avoir cité d'autres exemples, le procureur a conclu que "des liens très étroits ont été créés entre les joueurs et leurs parieurs". "Peut-on jouer normalement un match quand on a engagé personnellement des sommes aussi importantes et que l'on sait qu'on a parié sur la défaite de son club ?", s'est interrogé le magistrat.

Certains joueurs ont "levé le pied"

Sur le déroulé du match, le procureur a indiqué qu'il apparaît que des joueurs ont "levé le pied" ou "retenu leurs bras" lors de la première mi-temps de la rencontre du 12 mai dernier, citant les auditions des entraîneurs ou des journalistes commentant le match.

"Les responsables des deux clubs sont totalement innocents"

Le procureur a aussi décrit notamment l'énervement de l'entraîneur de l'équipe de Montpellier, Patrice Canayer, face aux mauvaises performances du club pendant le match. Preuve notamment que "les deux responsables des clubs sont totalement innocents dans cette affaire", a insisté le magistrat. "Ce n'est pas parce que certains joueurs ont fauté que le club doit ainisi être mis en accusation. Il ne faut pas pratiquer l'amalgame, depuis 30 ans ce club a toujours eu un comportemeent exemplaire", a-t-il indiqué.

Vers des mises en examen pour "escroquerie" et "corruption" ?

Le procureur s'est étonné de la ligne de défense des joueurs : garder le silence. "On dit souvent que quand les gens n'ont rien à se reprocher, ils n'hésitent pas à parler", a-t-il commenté.

Les gardes à vue ont donc été prolongées lundi. Les deux compagnes des frères Karabatic seront les premières personnes à être présentées au juge d'instruction mardi en fin de matinée. Des joueurs actuellement entendus seront aussi déférés mais le magistrat n'a pas encore précisé lesquels. Ils pourraient se voir notifier une mise en examen pour "escroquerie" et "corruption". Le parquet devrait requérir le placement sous contrôle judiciaire.

"Nikola Karabatic est mis en cause pour avoir retiré 1.500 euros et parce que sa compagne a parié pour son compte et retiré des gains", a précisé le magistrat, évoquant une situation similaire pour Luka Karabatic, son frère.

"J'ai bien compris que sa conviction était faite" - La réaction de l'avocat des frères Karabatic, après cette conférence de presse 

Lecture
 
Partager
Par Clara Beaudoux
2
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Si il sont jugés coupables, il faut leur retirer leur licence sportive à vie, tout simplement...
Avatar de anonyme
georgio (anonyme),
Minable et lamentable....quel exemple pour les jeunes sportifs !
aller directement au contenu