aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Pagaille à la SNCF : un conducteur, agressé par des voyageurs, a dû être hospitalisé

le Jeudi 8 Novembre 2012 à 13:34 mis à jour à 17:45
Par Rédaction de France Info

Deux conducteurs de RER ont été agressés mercredi soir par des voyageurs coincés à cause de grosses perturbations au nord de Paris. L'un d'eux a été hospitalisé. Frédéric Cuvillier, le ministre des Transports demande à la SNCF un "rapport détaillé sur les faits".

Mercredi soir, de gros incidents ont perturbé le trafic du RER B au nord de Paris. On a appris jeudi midi que 50.000 voyageurs ont été impactés. Le problème provenait de "l'alimentation électrique ", selon la directrice régionale du Transilien Paris Nord.

La situation s'est aggravée lorsque plusieurs voyageurs, agacés de devoir attendre, sont descendus sur les voies. "Leur présence sur les voies a entraîné l'arrêt de tous les trains se trouvant dans le secteur, selon la procédure des +alertes radio+", a expliqué jeudi midi le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier dans un communiqué, expliquant, "malheureusement les faits se sont répétés (...) La présence de personnes  disséminées sur les voies a progressivement entraîné une paralysie puis un blocage de tout mouvement de train en gare du Nord à 21H25 pendant une heure et demie".

Deux contrôleurs agressés

"Cette situation a aussi entraîné des énervements ayant conduit à l'agression de deux agents de conduite, dont l'un a dû être hospitalisé", a déclaré le ministre, qui "condanmne cette violence et exprime sa solidarité à la fois aux agents de conduite et aux passagers ayant vécu ces heures difficiles".

Frédéric Cuvillier a demandé au président de la SNCF, Guillaume Pepy, de "lui adresser rapidement un rapport détaillé sur les faits". Le ministre a rappelé également aux usagers qu'ils se mettent en danger lorsqu'ils descendent sur les voies.

L'association de voyageurs usagers des chemins de fer, l'AVUC a réagi à cette déclaration du ministre. Son président, Willy Colin,condamne ses violences à l'égard des agents de la SNCF. Cependant, il tient à revenir sur la responsabilité de la SNCF et de la tutelle. Pour lui il faut "améliorer l'infrastructure", il demande une table ronde pour parler de cette "pagaille". Il confie : "Attention, il y a un ras-le-bol généralisé".

Une association d'usagers qui condamne ces violences mais qui demande une véritable réflexion pour améliorer les infrastructures  
 

Lecture
 
Partager

 

Par Rédaction de France Info
6
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
rico03000 (anonyme),
Je ne cautionne pas mais les gens sont à bout et cela va se répéter si le gouvernement ne réagit pas Mr Hollande .
Avatar de anonyme
lamentable! quelle lâcheté d'agresser des hommes qui comme nous travaillent aux 1ères loges et ont un chef assis dans son bureau.
Avatar de anonyme
Et comme d'hab', ce sont les lampistes qui se tapent la mauvaise humeur ( justifiée mais pas la violence) alors que les "crânes d'oeuf" qui ont mené la politique de sous équipement et d'abandon de l'entretien du réseau ferré et du matériel, sont eux bien à l'abri ! Ni coupable, ni responsable.
Avatar de anonyme
William (anonyme),
Ça ne cache personne, on était de tous types et tous genres hier... inutile de tenter de récupérer ce fait divers pour un quelconque parti très à droite. ;) Les personnes étaient excédées d'être traitées comme du bétail par la SNCF qui s'est montrée avares d'informations. Certains sont restés 2h dans leur rames sans savoir ce qu'il se passait et quand ça allait être résolu... La SNCF doit se remettre en cause et revoir se spolitiques de crise plutôt que d'accuser les voyageurs.
aller directement au contenu