aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Les corps des victimes rapatriés dans la nuit en Israël

le Mardi 20 Mars 2012 à 10:57
Par Caroline Caldier

Les réactions des politiques israéliens avec Grégory Philipps correspondant de France Info à Jérusalem  

Lecture
 
Partager

En Israël l'émotion est intense après la tuerie d'hier matin à Toulouse. Quatre personnes dont trois enfants ont été tuées, froidement abattues par celui que l'on appelle déjà "le tueur à scooter". Toutes les victimes avaient la double nationalité : française et israélienne. Leurs dépouilles seront rapatriées dans la nuit en Israël.

Les dépouilles de Jonathan Sandler, 30 ans, professeur de religion, et de ses deux fils, Gabriel, 3 ans, et Arieh Sandler, 6 ans, ainsi que de la petite Myriam Monsonego, 7 ans, la fille du directeur de l'école seront rapatriés ce soir en Israël.

Le rapatriement se fera à bord d'un avion de la compagnie israélienne El Al, qui décollera à 22 heures de l'aéroport Roissy Charles-de-Gaulle pour Tel Aviv, a annoncé le président du Consistoire central, Joël Mergui. Les victimes seront inhumées demain en terre israélienne.

"Un meutrtre odieux" (Benjamin Netanyahu)

Une prière avait lieu hier soir à la synagogue Misgav Ladar de Jérusalem. Cette petite synagogue est fréquentée quasi exclusivement par des franco-israéliens, dont la majorité est originaire de Toulouse. Un grand nombre de personnes présentes connaissaient les victimes ou leurs proches, d'où une très forte émotion.

Au lendemain de la tuerie de Toulouse les médias israéliens fustigent l'antisémitisme en Europe. "Beaucoup pensaient qu'après l'Holocauste et l'occupation nazie, les enfants français ne seraient plus jamais tués de sang froid à cause de leur religion. Et pourtant, c'est précisément ce qui s'est passé à Toulouse", note le quotidien de gauche Haaretz. Dans le quotidien Maariv, Ben-Dror Yemini, un éditorialiste de droite, dénonce l'apathie des institutions internationales et "le soutien dont cette haine bénéficie" dans la société.

Revue de presse israélienne avec Grégory Philipps, correspondant de France Info à Jérusalem  

Lecture
 
Partager
Par Caroline Caldier
2
Vos réactions sur cette info
Avatar de poctoy
- je suis profondément choqué et horrifé par cette série de meurtre, 3 militaires, 3 enfants, 1 adulte - je suis surpris du traitement exponentiel pris par ces évènements : d'un simple fait divers lorsqu'il s'agissait de 3 soldats, dont 2 d'origine maghébine et 1 antillais, à une affaire qui bloque "émotionnelleemnt" tout le pays et secoue le monde international depuis hier. il y a deux poids deux mesures. Qu'il s'agisse d'enfants assassinés froidement doit certainement nous saisir d'effroi, accroître notre incompréhension et consternement. Qu'il s'agisse de crimes commis dans une école juive, cela n'enlève rien ni n'ajoute rien à cette horreur. Quand on tue des enfants juifs, on tue d'abord des enfants. Quand on tue des soldats français d'origine maghrébins, on tue d'abord des soldats. Quand on tue des hommes, on tue d'abord une part de l'humanité. Soyons justes, soyons humanistes, soyons fermes, soyons solidaires, envers tous les enfants, envers tous les soldats, envers tous les français, envers tous les républicains. Marre de ce systématisme à traiter l'actualité différemment dès qu'il s'agit de personnes étiquetés par leur couleur de peu, leur religion, leur origine. Parlons des Hommes, point barre.
Avatar de anonyme
un anonyme (anonyme),
C'est surprenant que les corps soient remis aux familles. En fait ils n'ont jamais quitté la communauté, et n'auront pas fait l'objet d'autopsie. Elle est inutile me direz vous. Mais c'est surprenant cette exception quand on sait que d'ordinaire, le corps n'est pas rendu aux proches aussi vite et pas sans une autopsie. D'autres parents dans les mêmes circonstances n'auraient pas bénéficié de pareille exception je pense
aller directement au contenu