aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

L'hôpital malade de ses finances, les enfants broyés de Syrie

le Vendredi 15 Juin 2012 à 07:23
  • Pas encore de votes

Ruinée par sa banque, le scandale des finances de l'hôpital, l'enfance assassinée en Syrie, dernier bluff pour "la plus belle partie de poker" de Paris.

Presse © Radio France - Jean-Christophe Martin

 


Avec d'abord un détour par le site Internet du Parisien qui révèle les malheurs d'une cliente d'une grande banque...

Et en plein procès Kerviel, c'est encore la Société générale qui est mise en cause : selon leparisien.fr, la banque et l'une de ses filiales viennent d'être assignées en justice par une cliente qui s'affirme ruinée par un virement frauduleux. Le 15 novembre dernier, après réception d'un simple fax, son compte d'assurance-vie est vidé.

Plus de 260 000 euros, toutes ses économies, sont virées sur un compte thaïlandais. C'était le 15 novembre. Elle affirme n'avoir été avertie de ce virement qu'un mois plus tard.

Or selon son avocat, l'ordre de virement était un faux : la signature a été falsifiée, le numéro de téléphone et l'adresse mail étaient erronés, et cet ordre est parvenu par un simple fax et non pas le formulaire habituel de la banque.

L'avocat considère qu'il y a eu défaut de vigilance de la part de la Société générale, une affaire effrayante dit-il pour n'importe quel client : madame tout-le-monde ruinée par une escroquerie d'amateurs et la défaillance de sa banque.

Un diagnostic plutôt inquiétant pour la situation financière des hôpitaux...

Un sujet passé sous silence pendant la campagne présidentielle, celui des dépenses de santé et spécialement la situation des hôpitaux. C'est à lire dans le Point qui parle d'un "audit interdit", avec des chiffres officiels que l'hebdomadaire affirme avoir eu beaucoup de mal à obtenir.

La dette des hôpitaux s'élève à près de 24 milliards d'euros et 43 pour cent des hôpitaux sont en déficit. Dans le peloton de tête des établissements les plus endettés, ceux de Paris, Lyon et Marseille. Des hôpitaux victimes à la fois de dépenses de personnel trop élevées, de frais de gestion trop lourds, et aussi de sous-activité notamment en chirurgie. Au final, une situation financière désastreuse et même scandaleuse souligne le Point, avec des réformes à faire de toute urgence.

En feuilletant la presse, le régime syrien à nouveau en accusation...

Avec des photos bouleversantes dans Paris Match : "les enfants broyés de Syrie", un manifeste anti Bachar El-Assad avec un reportage du photographe américain Robert King. Pendant sept semaines, il a partagé la vie d'un dispensaire clandestin sur la ligne de front de la rébellion. Sur ces photos terribles, des enfants victimes de bombardements, des enfants broyés.

Robert King explique comment l'extermination des enfants des insurgés fait désormais partie intégrante de la stratégie du régime syrien qui pilonne les villes rebelles avec une rage d'assassin.

Le 25 mais dernier, près de 50 enfant sont morts dans le massacre d'Houla. Le souvenir de leurs visages n'est pas parvenu jusqu'à nous. Quand le 8 juin Robert King a vu arriver dans son dispensaire six enfants gravement blessés, il a décidé que ceux-là ne seraient pas les martyrs oubliés d'une guerre sauvage.

Ses photos dans Paris Match sont  l'illustration insoutenable de ses paroles : des guerres, dit-il, j'en couvre depuis 20 ans, mais jamais je n'ai vu un tel degré d'horreur. Avec pour seule ambition de faire enfin comprendre à la communauté internationale qu'en Syrie, une ligne rouge a été franchie.

Une partie de poker qui se termine mal à Paris...

C'est à lire dans le Figaro : imaginez les beaux quartiers parisiens, un appartement luxueux dans le 8ème arrondissement, un autre à Neuilly, et du beau linge autour des tables, probablement quelques célébrités...

Des tables réservées une ou deux fois par mois à une petite élite composée de joueurs professionnels ou de passionnés très fortunés. Pour s'asseoir, il faut poser 10 000 euros sur le tapis, et pour distribuer les cartes, des croupiers parmi les plus réputés du marché. Pour avoir une idée des enjeux, en une seule soirée, un joueur a perdu 500 000 euros, c'est le record.

C'était ce qu'on appelle "la plus belle partie de poker de Paris", un enquêteur parle même de "la Ligue des champions des parties clandestines de poker".

Mais les cartes sont rangées, il n'y aura pas de dernier bluff, la partie est finie : les policiers viennent d'interpeller 5 personnes, dont les propriétaires des appartements qui étaient les organisateurs. Ils encaissaient 5000 euros par soirée pour leur hospitalité intéressée. Ils risquent jusqu'à 7 ans de prison et 150 000 euros d'amende. Selon le Figaro, la police démantèle en moyenne un cercle de jeu clandestin chaque mois à Paris.

La presse à la Une

La presse à la Une du 15/06/12 avec Jean-Christophe Martin   
 

Lecture
 
Partager

A la Une de Courrier International cette semaine : " La drogue libre ? ", de Bogota à Stockholm, les nouvelles solutions pour lutter contre le trafic.

Une question récemment revenue dans l'actualité : la question de la légalisation de la drogue. Courrier International souligne que c'est un débat mondial. Plusieurs points de vue dans ce dossier, spécialement en Amérique du Sud où des régions entières sont aux mains des cartels de la drogue. Vu du Brésil par exemple, on rappelle que la drogue, c'est d'abord un bain de sang. Les explications d'Anne Proenza, en charge de l'Amérique latine à Courrier International.

 

Courrier International du 14 au 20 juin 2012 

 

 

 

 

 

 

aller directement au contenu