aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

La police française est certaine que Luka Magnotta est passé par Paris

le Dimanche 3 Juin 2012 à 12:32 mis à jour à 15:57
Par Pierre Breteau

Luka Magnotta est déjà venu à Paris en 2010. © DR

Cet ancien acteur de films X canadien est soupçonné d'avoir tué un étudiant chinois à Montréal. Il a depuis quitté le Québec pour se rendre en Europe, la police française le suit à la trace en Île-de-France grâce à son téléphone portable.

Mis à jour à 15 h 57 avec les informations du Figaro.fr et le signalement en Seine-Saint-Denis

Le "dépeceur de Montréal" est en Île-de-France, et sans doute à Paris, au moins depuis vendredi indiquent les services de police. Cette certitude est basée sur des témoignages et des éléments concrets, ajoutent-ils.

Les recherches ciblées de la police française ont conduit les enquêteurs à contrôler ces derniers jours un bar et deux hôtels de la rue des Batignolles dans le XVIIe arrondissement de Paris. Selon l'AFP, il a ensuite été signalé dans un hôtel de Bagnolet, en Seine-Saint-Denis (93).

Selon nos confrères du Figaro.fr, Luka Magnotta est suivi à la trace par les policiers. Ils sont convaincus que le suspect se trouve toujours en France. Les enquêteurs craignent qu'il soit armé, ce qui rendrait son arrestation délicate.

Luka Magnotta est passé dans cet hôtel du XVIIe arrondissement. © Radio France Cécilia Arbona

Selon la police québécoise, Luka Rocco Magnotta a pris l'avion de Montréal pour la France le 26 mai dernier, sans pour autant préciser exactement quelle destination : "Pour une seule et unique raison, c'est qu'on ne veut pas limiter les recherches à un seul pays. En Europe on peut se promener d'un pays à l'autre sans même avoir de passeport."

L'homme le plus recherché du Canada est également connu sous les noms d'Eric Clinton Newman ou Vladimir Romanov. Il est accusé par la justice canadienne de meurtre prémédité et d'outrage à cadavre. Sa victime, un étudiant chinois de 32 ans, a été retrouvée découpée le 25 mai dernier, certains de ses membres avaient été envoyées par la poste à différents mouvement politiques canadiens.

"Dépeceur de Montréal" : "Il n'y a pas de psychose", selon la maire du XVIIe arrondissement de Paris. Interrogée au téléphone par Cécilia Arbona (00:01:06)

Lecture
 
Partager
Par Pierre Breteau
1
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Gastineau (anonyme),
Tien celui qui disait pouvoir changer de vie sans que personne le retrouve pffff .....! un prétencieux morbide !!
aller directement au contenu