aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Ils ont mis 12 heures pour faire Paris-Grenoble

le Samedi 30 Juin 2012 à 06:01 mis à jour à 15:02
Par Clara Beaudoux

Plus de 600 passagers d'un train Paris-Grenoble/Avignon ont été bloqués pendant près de 4h30 en Saône-et-Loire dans la nuit, en raison de plusieurs pannes. Certains d'entre eux auront mis 12 heures pour faire Paris-Grenoble. Le ministre délégué aux Transports demande des explications au président de la SNCF.

Les vacances ont très mal commencé pour les passagers d'un double TGV Paris-Grenoble/Avignon. Plus de 600 personnes sont parties hier soir à 19h47 de Paris, pensant arriver trois heures plus tard à Grenoble. Mais à 21h, leur train s'est immobilisé en rase campagne, en Saône-et-Loire, à hauteur de la commune de Curtil-sous-Burnand. C'est là que les deux rames sont restées immobilisées pendant près de 4h30. Le contrôleur finissant par annoncer aux passagers que le moteur avait tout simplement brûlé...

Douze heures de voyage au lieu des trois prévues

Après plusieurs heures passées à attendre dans des wagons sans éléctricté, sans eau et sans climatisation, les passagers ont été transbordés dans un autre train vers 00h30. Ce déplacement de 600 passagers, au milieu des voies et en pleine nuit, a pris environ 1h30. Les voyageurs ont ensuite pu rejoindre Lyon vers 3h du matin, puis Avignon. Mais la ligne entre Lyon et Grenoble étant reservée à des travaux la nuit, les 150 passagers à destination de Grenoble ont du encore patienter. Ils sont finalement arrivés à destination vers 8h, soit après 12h de voyage au lieu de 3h habituellement.

Quelques heures plus tard, le ministre délégué aux Transports Frédéric Cuvillier a demandé au président de la SNCF des explications et "un rapport dans les tout prochains jours".

Delphine Evenou, journaliste à France Bleu Isère, se trouvait à bord de ce train, en direction de Grenoble.   

Lecture
 
Partager
Par Clara Beaudoux
12
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
A force de sacrifier les budgets d'entretien sur l'autel de la rentabilité, la SNCF accumule les pépins. La "britannisation" de notre réseau SNCF est en route : matériels et réseaux ferrées à bout de souffle. D'usagers, nous sommes devenus des clients, nous voilà des dindons. Étant un client "usagé" régulier de notre ex service public, je constate la vétusté des voitures, leur mauvais entretien, les incidents à répétition, les retards chroniques, les réorganisations incompréhensibles (ligne Blois Orléans Paris). Régressions à tous les étages!
Avatar de anonyme
AnonymeTrain (anonyme),
Bonjour, J'étais dans ce train. Quelques corrections… _____________________________________________________________________________ « Plus de 600 personnes, qui voyageaient à bord d'un double TGV au départ de Paris et en direction de Grenoble et d'Avignon, ont été bloquées pendant près de quatre heures trente en Saône-et-Loire dans la nuit de vendredi à samedi, en raison d'une panne matérielle, a-t-on appris auprès de la SNCF. » :::::::::: je ne sais pas ce que veut dire "bloqué pendant près de quatre heures trente " mais concernant le terminus Avignon, un voyage qui devait commencer à 19h37 et finir à 23h07, a bien commencé à 19h37 mais a fini à 5h55 du matin. Probablement plus tard pour ceux de Grenoble. On s’est immobilisé vers 21H environ. Pendant 4 heures se sont alternativement enchainées périodes brèves de climatisation et longues sans. _____________________________________________________________________________ « Le TGV, parti à 19h47 de Paris, a subi une panne au niveau d'une des motrices et a du être stoppé en début de soirée à hauteur de la commune de Curtil-sous-Burnand. Près de 300 personnes voyageaient dans chaque rame. » :::::::::: « 19h47 » ?? Il y a écrit 19h37 sur mon billet. Je cherche la petite bête mais allez savoir s’il ne s’agit pas là de minutes gagnées leur permettant d’arguer je-ne-sais-quoi/je-ne-sais-quand en leur faveur. _____________________________________________________________________________ « Un nouveau TGV, affrété à Lyon, a pu recueillir les voyageurs et le transbordement, encadré par les pompiers, s'est achevé vers 1h30, a précisé la SNCF. Ce train devait desservir les gares de Lyon et d'Avignon. » :::::::::: Certes. Mais en quoi ce « 1h30 » est-il représentatif de quelque étape importante que ce soit ? Nous sommes descendus du train avant de longer la voie pour rejoindre l’autre train . L’ambiance était bonne , tout le monde en bonne intelligence m’a t-il semblé. Des employés d’astreinte spécialement déplacés, certains à 1h30 de route, étaient là pour faire en sorte que tout le monde puisse déplacer ses bagages. Pas évident sur ce sol rocailleux des accotements. _____________________________________________________________________________ « En raison de travaux sur les voies empêchant la circulation entre Lyon et Grenoble, les 100 passagers à destination de l'Isère devaient être logés par la SNCF à leur arrivée à Lyon. A 2h15, ce train était arrêté en gare de Mâcon-Loché pour un ravitaillement, en eau notamment. » :::::::::: Les passagers devaient normalement être logés par la sncf à Lyon. OK, savez vous comment ? Dans un train couchette. Certains se sont indignés en apprenant cela. L’un d’entre eux a même pris le micro dans le TGV : « Bonsoir…. Je suis un passager comme vous… la sncf n’assume pas sa responsabilité…. Les employés sur place sont irréprochables…mais la direction …injoignable….nous mène en bateau.. Demandons à la sncf de nous trouver 7 ou 8 bus pour Grenoble… ». Je ne sais pas comment ils se sont finalement débrouillés. On a divergé depuis gare de Mâcon-Loché. _____________________________________________________________________________ « L'arrivée en gare d'Avignon était prévue entre 3h30 et 4h00, selon la société de chemin de fer » :::::::::: humhum. Je ne sais pas si la société de chemin de fer est une menteuse, mais il semble qu’il faille faire attention à ses prévisions. On est arrivé à 5H55. De plus, A Mâcon-Loché, nous avons eu le droit à une bouteille d’eau chacun. 1h plus tard environ, une boite chacun, contenant tout un assortiment de trucs à se mettre sous la dent. Rien de bien consistant, des fraises tagada. Aussi dans cette boite, que certains d’entre nous n’auraient pas eu sans s’être levé, une lette d’excuse signée de Barbara Dalibard Directrice Générale SNCF Voyages. Et merci aux voyageurs bénévoles, qui ont comblé les lacunes de la SNCF lors de la distribution des bouteilles et boites. Merci aussi à la force du nombre, qui a rendu fumeur une entrée de wagon. Merci aux passagers mitoyens (une simple vitre) de la zone (autonome temporaire) fumeur, qui ont gardé leur calme en supportant le bruit et l’odeur. Sachez que la gestion de crise à la sncf est proche du néant, et que seule compte la bonne volonté des employés sur place, pris au piège, face à des voyageurs parfois très cons. Je ne sais pas à combien se chiffrera la perte pour la SNCF, mais il serait par exemple intéressant de la comparer au coût de maintenance supplémentaire qu’il aurait fallu pour éviter qu’une motrice ne brûle (il me semble même que 2 motrices ont brulé, mais là je suis pas sûr). Le billet sera intégralement remboursé + un aller-retour offert. Mais attention, il faut faire la démarche classique de remboursement (une enveloppe repoussante à remplir) et l’offre ne tient que sur la destination du voyageur lors de la panne, au diable touristes et autres clients éphémères. Désolé pour les fautes d’orthographe, je ne me suis pas encore couché.
Avatar de anonyme
AnonymeTrain (anonyme),
Bonjour, J'étais dans ce train. Quelques corrections… _____________________________________________________________________________ « Plus de 600 personnes, qui voyageaient à bord d'un double TGV au départ de Paris et en direction de Grenoble et d'Avignon, ont été bloquées pendant près de quatre heures trente en Saône-et-Loire dans la nuit de vendredi à samedi, en raison d'une panne matérielle, a-t-on appris auprès de la SNCF. » :::::::::: je ne sais pas ce que veut dire "bloqué pendant près de quatre heures trente " mais concernant le terminus Avignon, un voyage qui devait commencer à 19h37 et finir à 23h07, a bien commencé à 19h37 mais a fini à 5h55 du matin. Probablement plus tard pour ceux de Grenoble. On s’est immobilisé vers 21H environ. Pendant 4 heures se sont alternativement enchainées périodes brèves de climatisation et longues sans. _____________________________________________________________________________ « Le TGV, parti à 19h47 de Paris, a subi une panne au niveau d'une des motrices et a du être stoppé en début de soirée à hauteur de la commune de Curtil-sous-Burnand. Près de 300 personnes voyageaient dans chaque rame. » :::::::::: « 19h47 » ?? Il y a écrit 19h37 sur mon billet. Je cherche la petite bête mais allez savoir s’il ne s’agit pas là de minutes gagnées leur permettant d’arguer je-ne-sais-quoi/je-ne-sais-quand en leur faveur. _____________________________________________________________________________ « Un nouveau TGV, affrété à Lyon, a pu recueillir les voyageurs et le transbordement, encadré par les pompiers, s'est achevé vers 1h30, a précisé la SNCF. Ce train devait desservir les gares de Lyon et d'Avignon. » :::::::::: Certes. Mais en quoi ce « 1h30 » est-il représentatif de quelque étape importante que ce soit ? Nous sommes descendus du train avant de longer la voie pour rejoindre l’autre train . L’ambiance était bonne , tout le monde en bonne intelligence m’a t-il semblé. Des employés d’astreinte spécialement déplacés, certains à 1h30 de route, étaient là pour faire en sorte que tout le monde puisse déplacer ses bagages. Pas évident sur ce sol rocailleux des accotements. _____________________________________________________________________________ « En raison de travaux sur les voies empêchant la circulation entre Lyon et Grenoble, les 100 passagers à destination de l'Isère devaient être logés par la SNCF à leur arrivée à Lyon. A 2h15, ce train était arrêté en gare de Mâcon-Loché pour un ravitaillement, en eau notamment. » :::::::::: Les passagers devaient normalement être logés par la sncf à Lyon. OK, savez vous comment ? Dans un train couchette. Certains se sont indignés en apprenant cela. L’un d’entre eux a même pris le micro dans le TGV : « Bonsoir…. Je suis un passager comme vous… la sncf n’assume pas sa responsabilité…. Les employés sur place sont irréprochables…mais la direction …injoignable….nous mène en bateau.. Demandons à la sncf de nous trouver 7 ou 8 bus pour Grenoble… ». Je ne sais pas comment ils se sont finalement débrouillés. On a divergé depuis gare de Mâcon-Loché. _____________________________________________________________________________ « L'arrivée en gare d'Avignon était prévue entre 3h30 et 4h00, selon la société de chemin de fer » :::::::::: humhum. Je ne sais pas si la société de chemin de fer est une menteuse, mais il semble qu’il faille faire attention à ses prévisions. On est arrivé à 5H55. De plus, A Mâcon-Loché, nous avons eu le droit à une bouteille d’eau chacun. 1h plus tard environ, une boite chacun, contenant tout un assortiment de trucs à se mettre sous la dent. Rien de bien consistant, des fraises tagada. Aussi dans cette boite, que certains d’entre nous n’auraient pas eu sans s’être levé, une lette d’excuse signée de Barbara Dalibard Directrice Générale SNCF Voyages. Et merci aux voyageurs bénévoles, qui ont comblé les lacunes de la SNCF lors de la distribution des bouteilles et boites. Merci aussi à la force du nombre, qui a rendu fumeur une entrée de wagon. Merci aux passagers mitoyens (une simple vitre) de la zone (autonome temporaire) fumeur, qui ont gardé leur calme en supportant le bruit et l’odeur. Sachez que la gestion de crise à la sncf est proche du néant, et que seule compte la bonne volonté des employés sur place, pris au piège, face à des voyageurs parfois très cons. Je ne sais pas à combien se chiffrera la perte pour la SNCF, mais il serait par exemple intéressant de la comparer au coût de maintenance supplémentaire qu’il aurait fallu pour éviter qu’une motrice ne brûle (il me semble même que 2 motrices ont brulé, mais là je suis pas sûr). Le billet sera intégralement remboursé + un aller-retour offert. Mais attention, il faut faire la démarche classique de remboursement (une enveloppe repoussante à remplir) et l’offre ne tient que sur la destination du voyageur lors de la panne, au diable touristes et autres clients éphémères. Désolé pour les fautes d’orthographe, je ne me suis pas encore couché.
Avatar de anonyme
silviotoulon (anonyme),
@GrandVoyageur : en effet après avoir essayé de réserver un billet Paris-Avignon dans ces horaires j'ai trouvé le 6197 ; pardon de cette erreur.
aller directement au contenu

Les plus consultés