aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Avalanche du Mont-Blanc : les quatre alpinistes disparus sont vivants

le Jeudi 12 Juillet 2012 à 19:22
Par Grégoire Lecalot

Les quatre alpinistes qui étaient recherchés après l'avalanche qui a fait neuf morts ce matin au Mont-Blanc sont vivants. Deux d'entre eux avaient annulé leur randonnée et deux autres avaient choisi un autre itinéraire.

Le bilan de l'avalanche de ce matin sur le Mont-Blanc ne s'alourdira pas, selon la gendarmerie. Le quatre personnes portées disparues et activement recherchées par les secours se sont manifestées et elles sont saines et sauves : "Le bilan s'arrête à neuf morts. Il n'y a plus personne sur la liste des disparus. C'est une bonne nouvelle qui clôt une journée dramatique", a déclaré le lieutenant Emmanuel Vegas, du Peloton de gendarmerie de haute-montagne (PGHM) de Chamonix (Haute-Savoie).

Les gendarmes pensaient que ces deux Britanniques et ces deux Espagnols avaient disparu dans la coulée sur la base des registres du refuge des Cosmiques, où ils étaient censés avoir passé la nuit. En réalité, deux d'entre eux ont renoncé à leur randonnée, et les deux autres ont emprunté un autre itinéraire : "Les deux Britanniques sont allés vers le Mont-Blanc du Tacul et ont fait demi-tour sans ambition d'aller jusqu'au Mont-Blanc", échappant ainsi à l'avalanche, a expliqué le lieutenant Vegas. Quant aux deux Espagnols, "ils avaient revendu leurs places de refuge à deux autres Espagnols, qui sont malheureusement décédés dans l'avalanche", a ajouté le lieutenant. Ce sont les familles qui ont contacté les gendarmes pour les informer.

Ce sont donc deux Espagnols, trois Allemands, un Suisse et trois Britanniques qui ont trouvé la mort ce matin, quand l'avalanche a surpris leurs cordées à 4.000 mètres d'altitude, sur la face nord du Mont-Maudit, une voie empruntée par des milliers d'alpinistes chaque été, pour accéder au plus haut sommet d'Europe.

L'itinéraire des cordées et les lieux de l'avalanche © IDÉ

Par Grégoire Lecalot
aller directement au contenu