aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Agressions sexuelles dans l'Ardèche : le suspect avait déjà été condamné

le Dimanche 12 Août 2012 à 11:46
Par Rédaction de France Info

Il doit être déféré ce dimanche devant un juge d'instruction à Avignon. Un homme de 32 ans a avoué être l'auteur de cinq agressions sexuelles dans des campings du sud de l'Ardèche. Il avait déjà été condamné pour des faits similaires il y a 12 ans.

Les faits se sont déroulés en août 1999. L'Ardéchois, alors âgé de 20 ans, avait été condamné à un an de prison avec sursis et de trois ans de mise à l'épreuve. Depuis, le jeune homme n'a jamais été de nouveau aux prises avec la justice. Jusqu'à aujourd'hui : il doit être déféré dans la journée au tribunal d'Avignon.

Samedi, l'homme a reconnu être l'auteur de l'agression sexuelle sur une fillette de 11 ans, début août à Didier-sous-Aubenas. Mais aussi de quatre autres agressions sexuelles, toujours dans des campings du département. Les quatre victimes - une Néerlandaise, une Allemande et deux Françaises - sont toutes mineures.

"Les aveux du suspect sont corroborés par d'autres éléments à charge qu'il m'est impossible de révéler" a indiqué le vice-procureur de Privas, Franck Alzingre, lors d'une conférence de presse. Son ADN a notamment été un élément qui a permis d'identifier cet homme.

Agressions sexuelles en Ardèche : le suspect a été déjà condamné pour des faits similaires - précisions de Charlotte Piret

Lecture
 
Partager
Par Rédaction de France Info
5
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Alain (anonyme),
"Quand va-t-on comprendre qu'il faut soigner les gens avant de les relâcher... Mais si on a compris... mais sans vouloir y mettre les moyens... Affligeant." On peut essayer de les soigner, sans pour autant avoir une chance de succès. Ca dépend surtout de la volonté de l'individu. En outre, l'individu peut être suivi par un psy, qu'il va consulter au mieux une fois par semaine. Il peut même avoir un traitement, mais personne ne vérifie s'il le prend vraiment. Et en dehors des rendez-vous avec le psy, quand la pulsion survient, il est livré à lui-même. "Les agressions sexuelles ne sont vraiment pas considérées comme des atteintes graves aux personnes : 1 an avec sursis ... Et là, on va le remettre en circulation dans combien de mois ? A vomir ..." Ce n'est pas vraiment ça. Disons plutôt qu'un délinquant primaire (qui n'a jamais été condamné) bénéficie toujours d'une certaine clémence de la part du Tribunal. Celà fait partie du système de la gradation de la peine. Quand à la durée de son incarcération, vous pouvez faire le calcul vous même. Il suffit de combiner les articles 721 (libération conditionnelle) et 729 réduction de peine) du Code de Procédure Pénale. En gros, s'il est condamné à 20 ans, il peut faire une demande libération conditionnelle au bout 8 ans et demi. " Le suspect avait déjà été condamné". Non! Pas possible! Bizarre autant qu' étrange..." Il n'y a rien d'étrange là-dedans. N'importe quel criminologue vous dira que tous les délinquants sexuels sont par définition des criminels en série, car leurs actes obéissent à des pulsions, et non à des actions raisonnées.
Avatar de anonyme
Quand va-t-on comprendre qu'il faut soigner les gens avant de les relâcher... Mais si on a compris... mais sans vouloir y mettre les moyens... Affligeant.
Avatar de liztar
Les agressions sexuelles ne sont vraiment pas considérées comme des atteintes graves aux personnes : 1 an avec sursis ... Et là, on va le remettre en circulation dans combien de mois ? A vomir ...
Avatar de anonyme
Jean Balthazad (anonyme),
Mais François vous semblez oublier qu'il était certainement suivi par un psy... Et peut être qu'il ne se souvient de rien ,comme le jeune père qui a tué son bébé , c'est ballot non !
aller directement au contenu