aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

One day entre le monde rose de la gym et la déconvenue des handballeuses tricolores

le Mardi 7 Août 2012 à 19:50 mis à jour le Mercredi 8 août à 00:50
Par Cécile Quéguiner

Marlis tente le coup. Elle s'est déjà offert comme ça le trampoline samedi dernier © Radio France - CQ

Du praticable de la gymnastique artistique au parquet du handball, la France s'est laissée surprendre. Aux barres parallèles, par le bronze inespéré de Hamilton Sabot. Au handball, par l'élimination in extrémis des joueuses de Krumbholz... devant un public bleu, blanc, rouge déchaîné.

Le bronze pour la gymnastique

La gymnastique fait salle comble au North Greenwich Arena, la salle en forme de hérisson, au bord de la Tamise. Une salle rose fuschia, à l'ambiance feutrée au regard des autres sites olympiques visités précédemment. A peine une petite nappe d'ambiance pendant les épreuves. Une speakerine à la voix délicate. Le public fait silence pendant les figures aux agrès. L'après-midi débute ainsi calmement aux barres parallèles. Deuxième à concourir le Français Hamilton Sabot, qualifié de justesse.

Hamilton Sabot en action © Radio France CQ

Personne ne parie un kopeck sur sa performance. Même les filles de l'équipe de France dans les gradins, Mira Boumejmajen, Aurélie Malaussena, la capitaine, ou Youna Dufournet ne semblent être là que pour la forme. Pourtant, l'étudiant en kiné originaire de Cagnes-sur-Mer s'applique et décroche une note de 15.566. Les fautes de ses adversaires feront le reste. Le bronze. L'unique médaille de l'équipe. La 27e française de ces jeux. Euphorie dans les gradins tricolores.

Hamilton Sabot, médaille de bronze © Radio France CQ

Youna Dufournet devant la cérémonie de remise de médailles de Sabot © Radio France CQ

L'élimination pour le handball féminin

A la Copper Box, dans le parc olympique, l'ambiance est tout autre. Les gradins à demi-teintés de bleu, blanc, rouge. Les Françaises en quart de finale face aux Monténégrines, on y croit. La majorité des supporters sont des handballeurs comme Julien, gardien de but, à Besançon, ou Marine, venue du Maine-et-Loire, qui en a fait pendant 35 ans, est aujourd'hui arbitre et a converti toute sa famille à son sport.

Frédérique d'Angers et Julie de Metz : "Les Bleues sont les meilleures" © Radio France CQ

Supporters en famille © Radio France CQ

 

L'ambiance est électrique. Le match tendu. Egalité à la mi-temps. Les supporters sont survoltés, agitent leurs drapeaux ou leurs perruques tricolores. Tout est encore possible.

A la reprise © Radio France CQ

C'est dans la deuxième période que les handballeuses perdent la main. Jusqu'au pénalty de la défaite dans les derniers instants. Les bleues s'écroulent. En larmes. Raphaëlle Tervel : "Popovic, la Monténégrine, c'est la meilleure joueuse du monde. Ce n'est pas pour rien".

Allison Pineau : "Ca fait huit ans qu'on veut le titre et qu'on n'y arrive pas" © Radio France CQ

La poisse néanmoins ne contaminera pas les basketteuses françaises. Une heure plus tard, elles se qualifient elles pour les demi-finales, en battant de justesse 71 à 68 la République Tchèque.

Par Cécile Quéguiner
aller directement au contenu