aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Le président roumain échappe à la destitution

le Lundi 30 Juillet 2012 à 10:53
Par Céline Asselot

Près de 88% des Roumains qui se sont rendus dans les bureaux de vote dimanche avaient demandé son départ. Mais Traian Basescu ne sera pas destitué : en raison d'un taux de participation trop faible, le référendum ne sera pas validé par la Cour constitutionnelle. Le président, très impopulaire, avait été suspendu de ses fonctions il y a trois semaines par la majorité parlementaire.

Le résultat est sans ambiguïté : 87,55% des votants ont réclamé le départ de Traian Basescu. Mais les Roumains n'ont pas été assez nombreux à se déplacer dimanche pour que ce vote ait des conséquences. Le taux de participation au scrutin s'établit à environ 46%, c'est-à-dire moins que le seuil de 50% requis pour que le référendum soit validé.

"Les Roumains ont rejeté le coup d'Etat" s'est exclamé Traian Basescu, qui dit cependant comprendre la "colère" des millions de personnes qui ont voté pour sa destitution. Le chef d'Etat a promis de s'attacher à "promouvoir la réconciliation" et à "combler la fracture au sein de la société".

Très impopulaire pour avoir soutenu des mesures d'austérité, le président Basescu est par ailleurs accusé de népotisme. Il y a trois semaines, il a été suspendu de ses fonctions par la majorité parlementaire conduite par son rival politique, le Premier ministre Victor Ponta. Ce dernier a reconnu l'échec de sa tentative de destitution, tout en affirmant que Traian Basescu n'avait plus "aucune légitimité".

De fait, la crise politique qui agite la Roumanie complique depuis plusieurs mois les relations du pays avec ses voisins européens. La tentative de destitution a par ailleurs différé un accord avec le FMI qui devait accorder une aide financière de 5 milliards d'euros à la Roumanie.

Malgré le désaveu massif, Traian Basescu reste président de la Roumanie - précisions à Bucarest de Luca Niculescu  
 

Lecture
 
Partager

 

 

 

Par Céline Asselot
aller directement au contenu