Au large de la Bretagne, le porte-conteneurs MSC Flaminia brûle toujours

par Mikaël Roparz mardi 14 août 2012 14:55, mis à jour le mardi 14 août 2012 à 17h30
capture d'écran YouTube Autre

De la fumée s'échappe toujours du MSC Flaminia au large du Finistère. Un incendie s'est déclaré sur le porte-conteneurs le 14 juillet dernier. Deux marins ont été tués. A son bord, près de 3.000 conteneurs, dont une partie présente un risque de pollution. Des associations de défense de l'environnement dénoncent les lenteurs des autorités.

Le MSC Flaminia est toujours en attente d'un port refuge. Le navire de 300 m de long a été victime d'un incendie puis d'une explosion le 14 juillet alors qu'il était en transit entre Charleston aux USA et Anvers en Belgique. Deux marins ont été tués et trois autres blessés.
Depuis un mois, de la fumée s'échappe toujours du bateau qui se trouve à environ 450 km des côtes bretonnes. Le navire de commerce  transporte 2876 conteneurs  et plusieurs milliers de tonnes de fioul de propulsion.

Un port refuge

En fin de semaine dernière, les autorités indiquaient que "37 conteneurs, situés dans la zone impactée par l'explosion, pourraient représenter un risque de pollution, en raison des produits chimiques qu'ils contiennent". Mais le ministère de l'Ecologie refuse toujours, "pour l'instant",  de l'accueillir dans les eaux territoriales françaises.

Plusieurs associations de défense de l'environnement, des capitaines de navires et même l'armateur se sont étonnés des lenteurs des autorités.
L'armateur Reederei-NSB ne comprend pas pourquoi son bateau ne reçoit ''de la part d'aucun pays européen l'autorisation de rallier un port". Même inquiétude pour Robin des Bois.

L'association de défense de la mer Mor Glaz, qui a écrit à plusieurs reprises depuis le début de cette affaire aux autorités demande aujourd'hui au Premier ministre de tout faire pour que "le naufrage soit évité".

L'association demande que l'on dirige le bateau vers un port refuge, comme cela est permis lorsqu'on se trouve face à des navires en détresse. Une liste de ports refuge a été établi par les préfectures maritimes.

Pour l'instant donc, le navire reste au large. Cet après-midi lors d'une conférence de presse les autorités maritimes ont évoqué un éventuel remorquage, probablement vers Rotterdam, mais sans doute pas avant une dizaine de jours.