aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Pollution du diesel : inquiétude justifiée?

le Lundi 23 Septembre 2013 à 06:25
  • 27 commentaires
  • Votre évaluation : Aucun Moyenne : 2 (4 votes)

La semaine dernière, il a beaucoup été question du diesel, et de sa nocivité. Alors, question essentielle : le diesel est-il vraiment si dangereux ?

Les rejets du diesel sont moins polluants depuis les années 2000, même s'ils restent nocifs © Fotolia.com

Tous les rejets des voitures – malgré tous les efforts qui ont été faits depuis 20 ans – restent nocifs. Mais il ne faut pas non plus brandir n'importe quels chiffres. La semaine dernière, on a entendu beaucoup de choses, sur le diesel et sur sa nocivité, dont des affirmations excessives, de la part de Denis Baupin, député "Europe écologie – Les Verts" ; il était interviewé au journal de 13 heures, sur France Inter.

La pollution atmosphérique n'est pas dûe qu'au diesel !

Plusieurs dizaines de milliers de morts par an, causés par le diesel, et uniquement par le diesel, c'est faux ! Cela, ce sont les chiffres – évidemment déplorables – de la pollution atmosphérique dans son ensemble, ainsi que le prouve le docteur Jean-Paul Morin, chercheur à l'INSERM, toxicologue, spécialiste de la pollution atmosphérique.

Le diesel a été extrêmement nocif, ce n'est plus vrai aujourd'hui

S'il avait fallu interdire le diesel – ou ne pas le favoriser – c'était avant les années 2000 qu'il fallait le faire.
Là effectivement : les diesels rejetaient dans l'air des particules ; au point d'être incomparablement plus polluants, et plus nocifs que les moteurs à essence.
Mais depuis plus de 10 ans que le filtre à particules existe, et depuis début 2011, qu'il est obligatoire sur tous les diesels, le "bilan pollution" du diesel s'est beaucoup amélioré !
Et là, nous sommes à la veille d'une nouvelle norme sur le diesel, encore plus contraignante (heureusement ! ), qui va obliger à éliminer quasiment tous les oxydes d'azote.
Cette norme arrive dans un an. Ce serait incohérent de vouloir bannir le diesel, au moment où il va moins polluer que l'essence !

Contester l'aspect économique du diesel est aberrant

Si véritablement le diesel était une si mauvaise affaire que ça pour le budget des automobilistes, il n'y aurait pas eu jusqu'à plus de 80%, qui auraient acheté une voiture à gazole !
Si vous faites le calcul de votre rentabilité, en comptabilisant seulement le kilométrage annuel que vous faites, et les économies que vous réalisez à chaque plein, effectivement : si vous ne roulez pas au moins 15 000, 20 000 km par an, votre diesel – qui coûte plus cher, au départ – n'est PAS rentable.
Mais le premier poste de dépense, dans un budget automobile, c'est la perte de valeur de votre voiture. Et là, les diesels sont imbattables !
En occasion, les diesels se revendent infiniment mieux que les modèles à essence. Ce qui fait que, même si vous n'atteignez pas le kilométrage fatidique pour amortir le surcoût du diesel quand vous roulez, lorsque vous revendez votre voiture, vous êtes gagnants, à tous les coups !

27
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Nous demandons toujours aux constructeurs d' automobiles d'inventer des moteurs non polluants..... et si les pétroliers qui font des bénéfices pharaoniques , les utilisaient pour réaliser un raffinage qui supprimerait la formation de ces particules si difficiles à gérer . Depuis plus de 50 ans, j'ai parcouru plus de 2500000kms en écoconduite, c'est à dire en surveillant le compte-tours, ne dépassant pas 2000ts/mn, une diminution des vitesses sur route et ville augmenterait la consommation de carburant et la pollution. Si on me demande de rouler à 30km/h , je choisirai le rapport qui me permet de rester entre 1800 et 2000 ts/mn. Si je peux rouler à 60km/h , je me positionnerai sur le bon rapport, mon moteur consommant 6,3 l/1 heure dans les 2 cas, mais je mettrai 2 fois plus de temps à 30kms/h pour parcourir la même distance, ce calcul simple démontre que toute diminution de vitesse entraine une augmentation de carburant et de pollution.
Avatar de anonyme
Encore une fois, si le FAP est efficace contre les particules primaires, il ne peut rien contre les nanoparticules secondaires, très dangereuses pour notre santé et malheureusement absentes de la liste des normes Euro 6. De plus, ces particules secondaires sont également produites par les systèmes anti-NOx voulues par ces normes, tout comme le N2O (ne pas confondre avec le NO2), peu dangereux, mais 300 fois plus néfaste en effet de serre que le CO2. Enfin, les mesures de rejets des NOx selon ces normes ne reflètent pas la réalité: dans la vraie vie, les diesels en émettent 3 à 5 fois plus. Les essences n'en produisent pas en quantité mesurables. Sources: Iffstar, Voiture Ecologique, commission européenne. Autre chose: le benzène n'est plus rejeté par les moteurs essence depuis Euro 3 et surtout 4 (source: ademe).
Avatar de anonyme
mais est cet abruti de journaliste pour dire que les diesel est depuis peu plus propre que l'essence ?? je travaille dans le millieu auto (controle technique auto) et je peux vous assurer que les diesels meme recents sont très pollueurs surtout les petites cylindrées qui ne font que de la ville sachant qu'un filtre à particules ne se mets en mode de dépollution qu'à par des 25 à 30kms concecutifs et que les gaz d'echappement doivent atteindre minimum 550° !! foutaise totale , pourquoi le diesel a t'il été interdit au japon ??? et pourquoi il n'i à que 25% du parc allemand dieselisé contre 80% en france ? le carburant en GB. 1.60l'essence 1.80le gazoil et leur parc auto est mieux équilibré ! la france et ses français qui s'auto asphyxie avec leur carburant préféré . d'içi 20ans 2 corps de metier auront de l'avenir dans ce pays : cancerologue et pneumologue !!
Avatar de anonyme
Emmanuel HOURDEQUIN (anonyme),
- 1L de gazole pèse 850g et fournit 0,85x42=35,7MJ=9,92kWh (car 1kWh=3,6MJ) - 1L d'essence pèse 750g et fournit 0,75x43=32,25MJ=8,96kWh Si on payait le carburant au kilowattheure, comme l'électricité (0,15€ TTC le kWh), ça reviendrait à 9,92x0,15=1,49€ le litre de gazole et 8,96x0,15=1,34€ le litre de super (c'est bizarre car c'est exactement l'inverse qui est pratiqué en France). Une consommation de 5L/100 km de gazole correspond à 5x9,92=49,6 kWh/100km, donc à la consommation de 49,6/8,96=5,54L/100km d'essence soit 0,54/5=11% de volume en moins pour le diesel. Si on estime à 20% l'économie du diesel (5L/100km au lieu de 6L/100km en essence), plus de la moitié (11%) provient du fait qu'à volume égal, la masse (donc l'énergie) du gazole est plus grande. Pour l'économie en CO2, on peut calculer qu'avec la combustion complète (idéale) de 6L/100km d'octane (C8H18) on obtient 138,9 g/km de CO2 alors que pour la combustion complète de 5L/100km de C21H44 on obtient 131 g/km, ce qui fait un gain de 7,9/131=0,06 soit 6% de CO2 en moins pour le gazole. Ces deux gains restent faibles (inférieurs à 10%) comparés aux nuisances engendrées. En effet, les hautes pressions de l'injection directe servent à obtenir les hautes températures nécessaires à l'amélioration du rendement thermodynamique du cycle. Elles conduisent à l'augmentation très significative du bruit, des particules cancérogènes et des NOx très toxiques pour les poumons dont le redoutable protoxyde d'azote N2O dont l'effet de serre est 310 fois supérieur à celui du CO2 sans oublier une diminution du PCI car la combustion est plus incomplète, qui plus avec un FAP limitant le tirage de l'air frais et encrassant le moteur avec de la calamine (et rien n'est fait pour les NOx). Si on fait 20 km d'embouteillages en ville par jour pour aller et revenir de son travail, cela représente 20x5x4x10=4000 km par an. - Avec un diesel à 7,5L/100km en ville, il faut 40x7,5=300L/an de gazole soit 300x9,92=2976kWh (on paierait 2976x0,15=446€ au prix de l'électricité et 300x1,3=390€ au prix du gazole subventionné par l'état). - Avec une essence à 9L/100km en ville, il faut 40x9=360L/an d'essence soit 360x8,96=3225,6kWh (on paierait 3225,6x0,15=484€ au prix de l'électricité et 360x1,5=540€ au prix de l'essence). - Avec une GPL à 12L/100km en ville, il faut 40x12=480L/an de GPL à 0,8€/L soit 480x0,8=384€. - Avec une hybride-essence à 4L/100km, il faut 40x4=160L/an d'essence soit 160x1,5=240€ - Avec une voiture électrique (genre ZOE) ayant une batterie de 22kWh et une autonomie de 100km, il faudra 4000/100=40 recharges soit 40x22=880kWh, ce qui revient à 880x0,15=132€. - Avec une voiture électrique légère (genre TWIZY) ayant une batterie de 6,1kWh et une autonomie de 60km, il faudra 4000/60=66,7 recharges soit 66,7x6,1=407kWh, ce qui revient à 407x0,15=61€. - Avec un scooter électrique ayant une batterie de 2kWh et une autonomie de 50km, il faudra 4000/50=80 recharges soit 80x2=160kWh, ce qui revient à 160x0,15=24€. - Avec un vélo à assistance électrique (VAE) ayant une batterie 36V, 9Ah soit 36x9=324Wh=0,324kWh et une autonomie de 60km, il faudra 4000/60=66,7 recharges soit 66,7x0,324=21,6kWh, ce qui revient à 21,6x0,15=3,2€. - Avec un vélo il y a 0€ de carburant à payer. Conclusions : 1- Les français préfèrent le gazole par rapport à l'essence car il est subventionné par l'État même s'il savent très bien que c'est une catastrophe (particules, NOx dont N2O, tous très très mauvais pour l'effet de serre, les poumons et la santé). Il est vendu au litre et pas au kilogramme et bénéficie d'une taxation allégée avec manque à gagner de 7 milliards par an dans les caisses de l'état et un déséquilibre entre importation de gazole et exportation d'essence mauvais pour notre balance commerciale. On vide nos caisses pour être malades et augmenter nos dépenses de santé sans pouvoir les assumer. C'est absurde. 2- L'essence est largement défavorisée par rapport au gazole car on paye 40% plus cher alors qu'on produit 6% de CO2 en plus avec moins de particules et d'oxydes d'azote (attention tout de même à l'injection directe car elle les augmente sensiblement). 3- le GPL et le gaz coûtent comme le gazole en carburant, polluent beaucoup moins mais sont boudés par les français (et les constructeurs ?). 4- l'hybride-essence est super bien placée mais peu de français en ont et nos constructeurs n'en fabriquent pas (il faudrait qu'ils se lancent dans l'hybride électrique-biogaz ou l'hybride air-biogaz ou encore l'hybride air-électrique-biogaz). 5- La voiture électrique revient 4 fois moins cher en carburant et ne fait aucun bruit et aucune pollution de l'air (mais fonctionne principalement à l'électricité nucléaire). 6- C'est d'autant moins mal, en ville, lorsque l'engin électrique est petit et léger et le VAE est champion (hybride électrique-muscle permettant de ne pas se refroidir et de ne pas transpirer dans les côtes et en arrivant au boulot, bon pour la santé, pouvant facilement être rechargé avec un petit panneau solaire). 7- Le prix du kWh nucléaire à 0,15€ TTC est, comme le gazole, très largement subventionné. Il y a des coûts externes cachés que devront payer la collectivité à savoir le démantèlement des centrales, la gestion des déchets, la pollution et les cancers dus aux déchets radioactifs indestructibles, difficilement évaluables. Ils sont, pour donner un ordre de grandeur, au minimum 200 fois supérieurs soit un coût global réel de 30€/kWh minimum (mais personne ne sait vraiment). 8- Le prix de l'essence (au même niveau que le kWh nucléaire à savoir 0,15€ TTC) est aussi très très bas car il ne comprend pas non plus les coûts externes du réchauffement climatique et du soin des malades de la pollution de l'air : cancéreux, cardiaques, asthmatiques, victimes d'allergies, à la charge de la collectivité au minimum 200 fois supérieurs soit un coût global réel de 30€/kWh minimum. 9- Le coût des énergies renouvelables est un peu plus élevé que celui des énergies nucléaire et fossiles autour de 0,5€/kWh et produit moins d'énergie, mais il n'y a pas de coûts externes sinon très très inférieurs à ceux des énergies fossiles et nucléaire (environ 0,5€/kWh en fonction des filières soit 1€/kWh en coût global au maximum). Il faut donc les privilégier (paradoxalement à la fois 3 fois plus cher au maximum et 30 fois moins cher au minimum car tout dépend si on considère le faux prix ou le vrai prix) tout en économisant l'énergie grâce à l'utilisation de convertisseurs réversibles à fort rendement comme les moteurs électriques sur des véhicules de transports collectifs (+ pile à combustible ?) ou individuels les plus légers possible en ville. 10- Il ne faut surtout pas oublier le vélo en ville qui utilise une énergie renouvelable gratuite, immédiatement utilisable avec, à la clé, une diminution des dépenses de santé, à condition de respirer un air sain, pas pourri par le diesel. Si on compare la guerre économique et la compétition internationale à une partie de poker, savoir flairer rapidement les bonnes cartes et se débarrasser à temps des mauvaises ne fera qu'augmenter nos chances de victoire et de survie. Si on triche, on finira un jour ou l'autre enrobés de goudron et recouverts de plumes (symbolisant respectivement les énergies fossiles à base de gazole et nucléaire à base d'uranium-235). Emmanuel HOURDEQUIN. Docteur en Physique.
aller directement au contenu