aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Une oreille au fond de la mer

le Samedi 18 Août 2012 à 06:15
  • Votre évaluation : Aucun Moyenne : 4.3 (4 votes)

Au large du Finistère, dans l'archipel de Molène entre Brest et l'île d'Ouessant, des scientifiques ont immergé plusieurs hydrophones pour étudier le comportement des espèces et des animaux marins.

Les fonds marins sont de plus en plus bruyants. L'intensité sonore y a augmenté de 20 décibels ces 50 dernières années. Avec des conséquences néfastes pour la faune marine.
En fait sous l'eau, le bruit risque de devenir pour les cétacés ce qu'une discothèque est à l'homme ! Ce n'est pas sans conséquences. Entendre est aussi important pour un dauphin que voir l'est pour nous !

Difficile de se nourrir et se reproduire

Par exemple, le seul trafic des petits bateaux peut réduire de 26% la portée des sons émis par les grands dauphins.
Dans un rapport sur le bruit dans l'océan, l'IFAW (le Fonds international pour la protection des animaux) a récemment indiqué que la distance sur laquelle les baleines bleues peuvent communiquer a été réduite de 90% à cause de ce vacarme dénoncé par les scientifiques.
Ce brouillard acoustique désoriente les animaux marins. Ils ont du mal à se nourrir et aussi à se reproduire.

Immerger des micros

C'est justement pour connaître les conséquences du niveau sonore sous l'eau que les scientifiques ont immergé au large de la Bretagne, dans l'Archipel de Molène des hydrophones.
Cet espace maritime est réputé pour la richesse de sa flore et de sa faune. Riche en plancton, la mer d'Iroise est connue pour être le plus grand champ d'algues marines en Europe, avec plus de 300 espèces. Elle accueille plus de 120 espèces de poissons différentes.
Avec ces hydrophones immergés, dispersés à plusieurs endroits, les scientifiques écoutent le bruit des oursins, le bruyant jet d'eau de la coquille St Jacques, les "clic-clic" des dauphins. En analysant ces sons, ils cherchent à connaître les incidences des bruits pour ces animaux.

Des hydrophones immergés en mer d'Iroise pour écouter le milieu marin   
 

Lecture
 
Partager

 

L'IFAW demande des mesures pour réduire et surtout reconnaître la pollution sonore. Des solutions existent, notamment pour diminuer le bruit des bateaux. Les militaires savent le faire.
La commission européenne finance le projet SILENV qui doit aboutir à la réduction des nuisances sonores liées aux activités maritimes.

Le parc marin d'Iroise © developpement-durable

aller directement au contenu