aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Après-Xynthia : la Cour des comptes met en cause l'Etat

le Jeudi 5 Juillet 2012 à 13:35
Par Clara Beaudoux

Dans un rapport publié jeudi et censé tirer les enseignements de la tempête Xynthia, la Cour des comptes indique que la gouvernance des digues doit être sérieusement revue, et dénonce des dépenses "redondantes et inutiles".

Le 28 février 2010 à La Faute-sur-Mer en Vendée, les digues avaient cédé, 29 personnes avaient péri. En une seule année, la tempête Xynthia et les inondations dans le Var avaient fait 64 morts. "La situation était déjà très inquiétante avant les catastrophes et l'est en partie demeurée depuis", a expliqué jeudi le président de la Cour des comptes, Didier Migaud, lors de la présentation du rapport "Les enseignements des inondations de 2010 sur le littoral atlantique et dans le Var". Elaboré avec les Chambres régionales des comptes, ce document de 300 pages est censé tirer les enseignements de ces catastrophes.

"Dans le cas des digues, les financements des travaux d'entretiens par l'Etat ont été très insuffisants"

Selon ce rapport, la gouvernance des digues doit être sérieusement revue. En France, elle est régie par une loi de 1807 qui stipule que ce sont les riverains propriétaires qui sont responsables de leur entretien. La Cour des comptes ne préconise pas une nationalisation, mais propose de réfléchir à un transfert partiel des compétences aux collectivités locales. Elle préconise également de ne pas tarder à financer et mettre en oeuvre des travaux dans les zones à risque.

Dans son rapport, la Cour des comptes épingle également le "caractère précipité" des rachats par l'Etat d'habitations dans les zones les plus dangeureuses, provoquant des dépenses "redondantes et inutiles". L'enquête a par ailleurs débusqué des manquements dans la mise à jour de certains plans d'urbanisme. Enfin, elle souligne que les indémnisations par l'Etat ont été "très complètes mais avec des incohérences".

Trop de rachats ? Nous l'avons toujours : Renaud Pinoit, le président de l'AVIF (association de victimes)  

Lecture
 
Partager
Par Clara Beaudoux
aller directement au contenu