aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

La route des saumons bientôt libre

le Dimanche 8 Janvier 2012 à 05:20
  • Votre évaluation : Aucun Moyenne : 2 (1 vote)

C'est demain que le gouvernement doit rendre publique une étude économique sur l'effacement des barrages de Vezins et de la Roche-qui-boit. Les deux ouvrages barrent la vallée de la Sélune dans la Manche. Ils doivent être détruits.

Le Barrage de Vezins : Les travaux ont commencé en 1929 et se sont achevés en 1932. © Christophe Jacquet

La décision d'effacer ces barrages a été prise en 2009. L’État décide de  rendre sa liberté à la rivière et de permettre aux saumons de la remonter pour rejoindre les zones de frayères dont les deux tiers sont aujourd'hui inaccessibles. La Roche-qui-boit mesure 15 mètres de haut. 35 mètres pour le barrage de Vezins. Et il est impossible de les aménager pour permettre aux saumons de remonter.

Construits dans les années 30, les barrages fournissent  l'électricité à 15.000 habitants, dans un département très nucléarisé. La production ne serait donc pas indispensable. Mais le barrage de Vezins n'a pas seulement une vocation énergétique. Une base de loisirs s'est créée sur le lac artificiel. Elle fait vivre 25 salariés pour un chiffre d'affaire de 650.000 euros par an. Les Amis du Barrage ont envoyé une lettre pétition à la ministre de l'Ecologie en septembre dernier pour lui demander de geler le projet d'effacement.

Détruire les barrages nuirait à la qualité de l'eau. Car ils retiennent des sédiments chargés en polluants qui se retrouveront dans la baie du Mont Saint-Michel.

C'est ce qui s'est passé en 1993 lors de la dernière vidange. Faux répond Didier Moreau chargé de mission au WWF. Il n'est pas question d'ouvrir les vannes et de laisser couler les métaux lourds vers la Baie. Les sédiments les plus contaminés seront évacués et traités. Les autres pourront servir d'amendement aux terres agricoles. Quant au devenir de la base de loisir, il serait possible de la convertir aux sports d'eau vive lorsque la rivière aura retrouvé son débit. La vallée renaturée pourrait attirer les touristes qui sont pour le moment captés par la baie et le Mont Saint Michel. Les saumons, les aloses les lamproies les anguilles sont des ambassadeurs de la biodiversité et peuvent également intéresser les vacanciers avides de nature sauvage.

aller directement au contenu