aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Train nucléaire

le Dimanche 20 Novembre 2011 à 05:20
  • Pas encore de votes

C'est la semaine prochaine qu'un convoi de déchets nucléaires va quitter la Hague pour l'Allemagne. Les transports nucléaires sont réguliers en France. Les militants antinucléaires se mobilisent pour dénoncer les dangers de ce type de transport qui emprunte les mêmes voies ferrées que les trains de voyageurs.

Examen de la radioactivité lors du chargement du convoi © Radio France - Nathalie Fontrel

30.000 millions de colis de matière dangereuse sont transportés chaque année en France dont 900.000 sont des substances radioactives. Le nucléaire, combustible neuf ou déchets, représentent 16% de ces transports. La majorité est surtout constituée  de colis médicaux, comme l'iode radioactif. Et les sources de gammagraphie qui permettent par exemple de vérifier des soudures dans l'industrie.

Le convoi qui doit regagner l'Allemagne la semaine prochaine est le dernier du genre. 11 transports ont eu lieu depuis le 1996. Il s'agit de déchets nucléaires issus du retraitement du combustible usé effectué dans l'usine de La Hague. Le retraitement permet  d'extraire  les matières valorisables. Le combustible usé est composé de 95% d'uranium et de 1% de plutonium qui peuvent servir à fabriquer un nouveau carburant nucléaire. Restent 4% de produits de fission, extrêmement toxiques, radioactifs pendant des millions d'années. Ce sont les déchets ultimes. Ils sont fondus dans du verre et renvoyés au pays client c'est la loi française. Même si le client  ne dispose  pas de solution de stockage définitive. C'est le cas de l'Allemagne qui pour le moment entrepose ses déchets dans une mine de sel. En fait les 14 pays nucléarisés de l'Union européenne ne disposent pas encore de centre de stockage. En juillet dernier, l'Union européenne a voté une directive demandant aux pays de lui soumettre un programme détaillé avant 2015. Avec le calendrier et les modalités de construction d'un centre en grande profondeur, entre 100 et 700 mètres sous terre dans l'argile ou le granit. Des roches réputées capables de confiner la radioactivité pendant des millions d'années. Stockage en profondeur, car la catastrophe de Fukushima est passée par là ainsi que  les incendies qui ont ravagé  la Russie pendant l'été 2010 et menacé des déchets nucléaires entreposés en surface. Pour le commissaire européen à l'énergie, mieux vaut s'affranchir autant que possible des aléas naturels et confier ces déchets aux entrailles de la terre.

Pour les opposants, c'est un pari sur l'avenir, un cadeau empoisonné aux générations futures. 

 

aller directement au contenu