Innotrans : le salon mondial du ferroviaire

Transportez-moi par Gérard Feldzer samedi 27 septembre 2014
écouter l’émission disponible jusqu'au 22/06/2017
trains-avions
© studioglobe

Jusqu’à demain soir a lieu le grand rendez-vous mondial du ferroviaire à Berlin en Allemagne. Appelé "Innotrans", il accueille 2.700 exposants venant de 55 pays. Tous les deux ans , c’est le rendez-vous incontournable pour les acteurs du ferroviaire.

En France nous avons le plus grand salon du monde de l’Aéronautique au Bourget en juin tous les deux ans, les années impaires.
En Allemagne, ils ont le plus grand salon au monde du ferroviaire, qui a lieu en septembre tous les deux ans, les années paires.

innotrans
© Gérard Feldzer

En plein centre de Berlin, Innotrans s’étale sur plus de 200.000 m2, sans compter l’exposition des machines en extérieur, car de la même façon que les avions au Bourget arrivent en vol, ici les trains arrivent du monde entier par des voies ferrées spécialement aménagées.
 
Ainsi s’étale sous nos yeux tout ce qui se fait de mieux dans le monde du train et du tramway. Et comme au Bourget, les sociétés européennes, asiatiques ou américaines profitent de ce salon pour annoncer des commandes records ou des innovations. Il faut dire que la demande est forte, et la concurrence féroce. Le français Alstom dont on a beaucoup parlé au début de l’été sur le rachat de son secteur énergie par Général Electric va se concentrer désormais sur le métier des transports. Certains spécialistes pensent qu’ils ont un peu vendu les bijoux de famille : l’énergie, chez Alstom, c’était plus de 60% de son chiffre d’affaire,
 
Qui dit transport dit aussi énergie, la facture électrique pour la SNCF par exemple se chiffre à plus de 700 millions d’euros par an, et elle pourrait doubler en 2020.  D’où sa volonté d’indépendance énergétique, en rachetant par exemple des barrages hydro-électriques… qu’elle a vendus malencontreusement il y a quelques années ! (pour sauver, dit-on, le secteur fret qui a continué de stagner…)
 
Pour se déployer dans les transports, Alstom va donc devoir chercher d’autres alliances, car le secteur ferroviaire est très concurrentiel, notamment avec les pays asiatiques dont la Chine. Nous sommes peut-être passé à côté d’un Airbus ferroviaire, avec entre autres, l’allemand Siemens et d’autres partenaires européens. Au lieu de cela nous sommes partis pour une nouvelle bataille du rail franco-allemande !
De plus en achetant la partie signalisation à General Electric, on se crée une concurrence franco-française avec Thales, le numéro 1 mondial dans ce secteur (un marché mondial estimé à 15 Milliards d’Euros qu’il faut se partager).
 
Mais il est vrai qu’Alstom a signé il y a quelques mois , le plus gros contrat de son histoire avec l‘Afrique du sud
 : une commande de 600 trains de six voitures, pour 4 milliards d’euros. C’est pour cela qu’il faut innover sans cesse.

 
Tous les constructeurs ont la même obsession : augmenter les capacités des rames et les fréquences, consommer moins, faire moins de bruit, et améliorer le confort

Ainsi le japonais Hitachi vous propose une application sur smartphone qui vous permet de retenir votre siège sur le prochain train de banlieue, et vous guide jusqu’à lui ! Des senseurs sous votre siège permettent d’avoir le remplissage en temps réel, et de plus ils vous offrent un badge électronique que vous placez dans votre bagage, et qui vous prévient si quelqu’un s’en empare.
 
Alstom, va encore plus loin, car une fois assis, vous regardez le paysage, mais sur la vitre vous pouvez faire apparaitre des informations, c’est ce qu’on appelle la réalité augmentée, et sur la table tactile qui est devant vous, tout est possible : commander son repas à la place, réserver une table au wagon restaurant, commander un taxi à l’arrivée, écouter de la musique avec des hauts parleurs intégrés dans le siège qui ne dérangent pas votre voisin, regarder des vidéos, et même s’isoler avec l’activation d’un atténuateur de bruit et baisser un rideau virtuel sur la vitre…mieux que dans l’avion !!
 
Comme chaque semaine, je vous offre une séquence insolite et un coup de cœur
, et ce coup de cœur, n’a pas été pour un train mais pour un transport par câble.
C’est toujours ce qu’on appelle du transport guidé, sauf que le rail est un câble aérien.
Le téléphérique urbain commence à faire fureur dans le monde
, et la société Poma situé près de Grenoble en est l’un des leaders mondiaux.

téléphérique à New York
© poma

Une nouvelle cabine en première mondiale était présentée par Christian Bouvier,  vice-président chez Poma. Le téléphérique est une solution urbaine très complémentaire du reste. 4 à 5 fois moins cher en investissement et en exploitation que le train ou le tramway, facile à mettre en œuvre (quelques mois seulement pour son installation).

Toutefois il restait une chose à régler : la climatisation à l’intérieur des cabines, et le respect de l’intimité des personnes survolées. C’est chose faite avec une pile à combustible installée dans chaque cabine, qui fournit l’énergie nécessaire et des vitres qui s’opacifient automatiquement lors de survols "sensibles".  
Des métro-câbles apparaitront bientôt dans le ciel de Brest et près de Paris.

Pour l’insolite, il y avait des maquettes de ce que pourraient être les transports guidés en 2050 , comme des trains à grande vitesse qui ne s’arrêtent pas dans les gares, mais larguent une navette pleine de passagers, pour en reprendre une autre pendant son passage, ou encore des trains qui roulent côte à côte, et permettent des correspondances, et enfin des trains qui s’accrochent directement sous un avion pour des longues distances. Ça fait rêver non ?

trains-avions
© studioglobe