Orange part à l'assaut de l'Afrique avec Google

Tout Info, tout éco mardi 23 février 2016
écouter l’émission disponible jusqu'au 18/11/2018
photo d\\\'illustration
photo d' illustration © Maxppp

On connaissait l'appétit de l’opérateur téléphonique Orange pour le marché africain. Le groupe vient de franchir un pas supplémentaire en s’alliant avec Google pour développer les smartphones de l’Afrique au Moyen-Orient

C’est un partenariat stratégique sur lequel le groupe dirigé par Stephane Richard vient de lever le voile. L’objectif est de proposer une offre à prix très attractifs pour drainer toujours plus de clients vers l’internet mobile dans cette zone en très forte croissance (potentiel de plus de 110 millions de clients mobiles pour Orange).
Cette offre sera déployée progressivement dans les 19 pays couverts par la filiale d’Orange à partir du deuxième trimestre de cette année.
Le partenariat entre l’ancien France Telecom et l’américain Google est le premier à une telle échelle.

Quels seront les services proposés

 Les clients auront accès à des contenus populaires dans le domaine de la mode, du sport et de la musique, ainsi qu’aux applis Google Search, Youtube et Google Maps… le but étant aussi de développer des contenus locaux. C'est une offre globale pour le client et... une belle offensive commerciale pour les opérateurs. Ils vendent la technologie (les tuyaux) et développent les programmes (qui passent dans ces tuyaux). Un vrai business sur lequel un autre opérateur est d'ailleurs très présent en Afrique : le groupe Bolloré. Canal+ (filiale de Vivendi, qui appartient à Bolloré) a annoncé hier le lancement d’une application de vidéos à la demande pour les telephones mobiles à destination des africains francophones (plus de 1.500 heures de contenus, produits notamment à Nollywood (l’industrie cinématographe du Nigéria).
 

Afrique, nouvel eldorado des télécoms

 Certains pays de l'Afrique subsaharienne sont désormais mieux équipés en 4G que certains départements français. On dispose de cette technologie dans les bus à Kigali, la capitale du Rwanda.
Population jeune, pays qui partent de très loin, aucune infrastructure fixe, aucun câble... tout est à construire et les opérateurs de téléphonie on saisi la balle au bond. Le mobile est la solution jusque dans des applications comme le e-banking. Au Kenya, 80% des transactions bancaires se font en pianotant sur son mobile. Pendant qu’ils se consolident en se rachetant les uns les autres en Europe, les opérateurs vont aussi gagner leurs futurs marchés dans les zones géographiques en devenir… et nous ne sommes qu'au milieu du gué.