Financement de l'innovation depuis 15 ans en France : premier bilan officiel

Tout Info, tout éco jeudi 21 janvier 2016
écouter l’émission disponible jusqu'au 16/10/2018
photo d\\\'illustration
photo d'illustration © Fotolia

L’innovation au service de la création d’emplois. La formule est souvent utilisée mais en fait-on assez pour qu'elle prenne tout son sens ? Un rapport officiel dresse le premier bilan de la politique d’innovation de la France au cours des quinze dernières années

C’est la toute première production de la Commission nationale d’évaluation des politiques d’innovations qui avait été mise en place en juillet 2014. Rattachée directement à France Stratégie - l’ancien Commissariat au Plan - dirigé aujourd’hui par l’économiste Jean Pisani-Ferry, cette commission publiera ce martin un document de près de 110 pages. On trouve tout dans ce rapport sans concessions.
 

Rapport critique

 
Le document porte un regard objectif sur ce qui s’est fait depuis l’an 2000 en matière de politique et de financement public. Dix milliards d’euros sont consacrés chaque année en France au soutien à l’innovation. Cela par les différents acteurs publics que sont l’Etat, les collectivités territoriales et l’Union européenne. Il existe aujourd’hui pas moins de 62 dispositifs nationaux contre 30 en 2000. Il y a donc eu une évidente inflation des initiatives. Cette dernière s’est accompagnée d’une complexification, donc d’une instabilité générale. Question induite : ne faut-il pas simplifier le système ?

 
Peut-on réellement mesurer l’efficacité des aides à l’innovation ?
 

Le rapport souligne que le soutien à la création et au développement des entreprises innovantes représente la moitié du total des aides directes. Les aides directes ont progressivement mué en aides indirectes comme les incitations fiscales (CICE). N’y-a-t-il donc pas là une perte potentielle d’efficacité des fonds publics engagés ? Idem pour les structures mises en place. D’importantes réformes ont eu lieu avec notamment la création des pôles d’activité et de compétitivité, ou Bifrance qui fait un énorme travail de financement et d’accompagnement. Mais ces structures disposent-elle réellement de la latitude du choix des projets et de l’action ? A voir.
 

Beaucoup de questions en suspens

 
C’est la frustration à la lecture du document : le manque de mise en perspective. Mais l’objet de ce rapport n’est pas de faire des propositions. On attend donc la suite avec impatience. Suite il y aura promet France Stratégie. Ce premier bilan du genre a le mérite d'exister désormais, et de pointer du doigt ce qui devra être amélioré, montrant que l’innovation est loin d’être la tarte à la crème que l’on jette à la figure de la croissance et de l’emploi.