François Busnel : "Aux Etats-Unis, l'écrivain n'a pas de statut social"

Tout et son contraire jeudi 13 décembre 2012
François Busnel : "Aux Etats-Unis, l'écrivain n'a pas de statut social"

La Grande Librairie en est à cinquième saison. L'audience grimpe de 10% tous les ans. François Busnel présente aussi une fois par mois les Carnets de route, un voyage aux USA à la rencontre des grands écrivains américains. Je pensais qu'il faisait ça pour se faire plaisir. Pas du tout ! L'audience a surpris tout le monde, 900.000 personnes suivent le programme !

Il en a tiré un coffret de 8 dvd, 20h d'entretiens, et 12 heures de bonus inédits. On y croise beaucoup de grands noms : Philippe Roth, Jay McInerney, Toni Morrisson, James Ellroy, Douglas Kennedy, Tom Wolfe.  Pas une interview dans un studio. Ces gens là accueillent Busnel chez eux.
Ce que François Busnel veut démontrer en allant chez ces écrivains, c'est que pour comprendre une œuvre, il faut aussi connaître l'auteur, voir son cadre de vie, tout juste s'il ne faut pas aller faire les courses ou partager quelques verres avec lui.

François Busnel nous a aussi expliqué pourquoi il était contre la mode des "snipers" dans les émissions littéraires parisiennes, le type qui démolit un auteur en trois phrases.

On a aussi parlé de lui. Avec un message d'espoir pour tous les étudiants journalistes qui rêvent de se consacrer à la grande littérature.

François Busnel, l'audience de son émission, son côté prescipteur, le côté "croche-pattes" quand il préfère la "courte-échelle"  
 

François Busnel, l'audience de son émission, son côté prescipteur, le côté "croche-pattes" quand il préfère la "courte-échelle"

François Busnel se prête au vrai/faux de Philippe Vandel  
 

François Busnel se prête au vrai/faux de Philippe Vandel