Tableauscopie - été 2012

Tableauscopie

le samedi à 5h55, 7h25, 11h50, 12h15, 13h50, 15h45, 19h15,21h25 et 23h45 et le dimanche à 5h55, 13h50, 16h10, 17h20, 19h20, 21h40 et 0h20

Comment passer 2 minutes dans un musée, devant une oeuvre d’art et se laisser aller au plaisir de la contemplation ? Antoine Leiris soumet un tableau à cinq visiteurs d'un musée et leur propose de décrire ce qu’ils voient, partager ce qu’ils ressentent, raconter les histoires qu'elle leur inspire. Ce n’est qu’à la fin qu’Antoine Leiris dévoile le titre de l’oeuvre et son auteur.


  • La grandeur de l'art

    Débutée par une œuvre classique italienne du 17ème siècle, la saison 2 de Tableauscopie s'achève avec la plus grande œuvre d'un artiste prolifique (8.000 tableaux à son actif), le plus grand visionnaire du XXème siècle.

  • L'art du symbole

    Icône de l'histoire de France, symbole de la France romantique et révolutionnaire, notre tableau est un des plus connus et visités au Louvre. Mais beaucoup de ceux qui ne prennent pas le temps de regarder en bas du cadre de ce grand format, se trompent de révolution.

  • Reflets d'art

    C'est parce qu'il est un peu délaissé, qu'il a attiré mon attention. Accroché dans la même salle que la Joconde au musée du Louvre, notre tableau ne voit les flashs des touristes que de loins, il est pourtant lui aussi l'expression du génie italien, démonstration magnifique du savoir-faire de l'école vénitienne.

  • L'art un peu, beaucoup, à la folie

    Parce qu'il ne peut-être défini que par sa singularité, notre artiste a marqué les différents courants de la peinture qu'il a emprunté, c'est a la fin de sa vie qu'il en donne la plus belle synthèse, notamment avec ce tableau qu'il peint quelques mois avant de se suicider.

  • L'art de la simplicité

    Ce tableau a une histoire peu commune, il fut dérobé, en plein jour, au nez et à la Barbe des gardiens du musée Marmottan, avant d'être retrouvé 5 ans plus dans la villa d'un des chefs de la pègre Corse, qui l'avait échangé contre une dette, et qui compris assez vite qu'il serait très difficile de refourguer un des tableaux les plus connus au monde.

  • Est-ce encore de l'art ?

    Le tableau du jour n'est pas un chef-d'oeuvre pour tout le monde, il ressemblerait même pour certains à une vaste escroquerie, il faut dire que se définir comme artiste du vide, c'est s'exposer à la méfiance (au moins!) des critiques, mais c'est aussi laisser une chance au visiteur d'être maître de ce qu'il voit.

  • L'art de la lumière

    Cet art de la lumière est aussi celui de l'ombre. Partant de l'idée simple que leur opposition dans un contraste parfois violent, créé du sens et provoque l'interrogation du spectateur : Que se cache-t-il derrière cette " obscure clarté " ?

  • L'art du scandale

    Notre artiste n'en est pas à son coup d'essai. Il sait jouer avec la pruderie de ses contemporains en exposant le corps nu de sa muse de façon insolente. Son exposition en 1865 provoque une pluie de réactions outrées.

  • L'art du nu

    C'est au centre Pompidou-Metz, que notre chef-d'oeuvre est exposé. Il fait partie de l'exposition " 1917 " que vous pouvez visiter tout cet été jusqu'au 24 septembre prochain. C'est au détour d'un couloir, presque caché des regards, que ce nu avant-gardiste se dévoile dans toute sa sensualité.

  • Le 4ème art

    C'est peut-être leur grâce, la légèreté de leurs robes en tulle, ou la précision de leurs gestes qui l'ont marqué au point qu'il y consacre une partie de sa carrière, leur devant finalement un accès à la postérité.

Équipe

Thèmes Culture et Médias Expos & Spectacles peinture