Affaire Serge Aurier : les limites de l’expression en entreprise

On s'y emploie de Philippe Duport par Philippe Duport jeudi 18 février 2016
écouter l’émission disponible jusqu'au 13/11/2018
Serge Aurier au Parc des Princes, le 7 novembre 2015
Serge Aurier au Parc des Princes, le 7 novembre 2015 © Maxppp

On revient sur l'affaire Serge Aurier, le défenseur du PSG mis à pied par son club pour avoir insulté son entraîneur, Laurent Blanc, et deux de ses co-équipiers. Insulter son patron et ses collègues, utiliser les réseaux sociaux comme caisse de résonance, qu'est-ce qu'on risque dans le monde du travail "ordinaire" ?

Facebook n'a que onze ans. Mais déjà derrière lui un lourd passé devant les tribunaux. Depuis novembre 2010, quand trois salariés voyaient leur licenciement confirmé pour avoir dénigré leur boite sur le réseau social, les juges français ont eu fort à faire avec l'utilisation des réseaux sociaux en général, et plus seulement Facebook. On ne compte plus les salariés qui se sont  "lâchés" sur internet. Et qui, le plus souvent, s’en mordent les doigts.
De quelle nature sont ces sanctions ? Les explications de Paul van Deth, avocat spécialisé en droit du travail au cabinet Vaughan à Paris.