Perturbateurs endocriniens : la commission européenne condamnée

Question de choix par Fabienne Chauvière dimanche 3 janvier 2016
écouter l’émission disponible jusqu'au 28/09/2018
perturbateurs endocriniens
Slogan anti bisphenol A © Monticellllo / Fotolia

Mi décembre, la Commission européenne a été condamnée pour son retard dans la définition des perturbateurs endocriniens, par le tribunal de l’Union Européenne. Il est difficile de les éviter. Ces substances reconnues nocives sont partout.

Les perturbateurs endocriniens sont des  substances créées par l’homme, qui peuvent interagir avec les hormones : le bisphénol A ou les parabens sont bien connus du grand public, mais ils ne sont pas les seuls.

Ludivine Ferrer, directrice de l’Association Santé Environnement France explique que ces produits chimiques sont présents partout : dans les fruits et légumes, les meubles, les PVC, les cosmétiques... Elle recommande les produits écolabellisés ou bio.

Les pesticides auraient  des effets nocifs  sur la fertilité. Certains sont interdits depuis longtemps en Europe mais persistent dans l’environnement.
Un des perturbateurs endocrinien le plus emblématique est le bisphénol A, que l’on peut encore trouver dans les récipients alimentaires fabriqués avant janvier 2015. On le repère  grâce à son code d’identification 7. Le Bisphénol A peut  migrer dans les aliments.

Les phtalates sont aussi mis en cause. Ces substances qui rendent les plastiques plus souples, sont  dans pratiquement tous les articles en PVC : on peut y être exposé notamment par inhalation.
On peut aussi parler des retardateurs de flamme présents dans les  équipements électroniques les matelas, les tissus, les meubles, les vêtements,
On peut citer encore les  parabènes, suspectés d’entrainer des troubles de la reproduction. Ces  conservateurs sont présents dans plus de 80% des produits cosmétiques.
Les produits bio ou écolabelisés ne contiennent pas de perturbateurs endocriniens.