Ponctualité, sécurité, qualité : les engagements du PDG de la RATP

Patron, chef d'entreprise par Olivier De Lagarde samedi 2 juin 2012

Aux usagers qui dénoncent les retards à répétition, Pierre Mongin répond que jamais la qualité de service n'a autant été au coeur des preocupations de la RATP. "Cela n'a pas toujours été le cas, nous sommes une entreprise d'ingénieurs", reconnait-il.
Renouvelé en mars dernier, le contrat qui lie la RATP à la région Ile de France prévoit un système de bonus malus pour l'entreprise en cas de non respect de certaines obligations, comme la ponctualité et la continuité du service.

Pierre Mongin se projette aussi vers l'avenir à travers la rénovation engagée des rames du métro, le projet d'extension de la ligne 14 et surtout celui du Grand Paris qui devrait à terme (pas avant 2020)  voir la naissance d'une ligne de métro circulaire autour de la petite couronne parisienne.
Quant au débat sur la remunération des grands patrons, Pierre Mongin assure qu'il n' est pas concerné par le projet du gouvernement de limiter le salaire des dirigeants des entreprises publiques à 20 fois au maximum le salaire le plus bas de l'entreprise. "Le plus bas salaire à la RATP est d'un peu plus de 26.000 euros brut annuel, le mien autour de 300.000 euros, largement en deçà donc d'un écart de 1 à 20."

Pierre Mongin et les salaires à la RATP  

Pierre Mongin et les salaires à la RATP