Faut-il avoir peur des robots ?

Nouveau monde par Jérôme Colombain mardi 24 février 2015
écouter l’émission disponible jusqu'au 19/11/2017
robots Pepper
Robots au repos à la société Aldebaran © JC

Ils arrivent ! Les robots font leur apparition dans les usines, dans l’armée et même à l’hôtel… Faut-il en avoir peur ?

Les robots arrivent

L’été prochain ouvrira au Japon un hôtel un peu particulier. Certains employés chargés d’accueillir les clients seront des robots. Des robots à visages humains, d’allure féminine, qui seront toujours disponibles, toujours de bonne humeur et qui parleront quatre langues. Pour faire le ménage, les femmes de chambre de cet hôtel seront également assistées par des robots. Pendant ce temps-là, la police de Floride teste un robot policier tandis que l’US Navy met au point un robot pompier qui ne craindra pas la fumée ni la chaleur. 

Bref, les robots, les vrais, commencent à faire leur apparition ici et là.

On peut citer également le robot Pepper qui accueille les clients dans les magasins de capsules de café au Japon ou ce robot-tracteur qui assiste les agriculteurs en arrachant les mauvaises herbes au milieu des plans de salades
Les robots sont en approche. Il va falloir apprendre à vivre avec.

Trois raisons d’avoir peur... ou pas

1) Déshumanisation

L’avantage d’un robot, c’est qu’il est toujours disponible mais les conversations au guichet avec une machine conduiront surement à des déconvenues. C’est pour éviter cela que des entreprises, comme par exemple le franco-japonais Aldebaran, travaillent sur l’interaction et la communication avec des robots de compagnie qui bougent les bras lorsqu’ils parlent et sont capables de détecter nos émotions.  

2) Chômage

On estime que la robotisation pourrait détruire 3 millions d’emplois en France d’ici à 2025. Mais cela devrait aussi en créer beaucoup d’autres. La question est de savoir si l’un compensera l’autre et comment s’opérera la transition. On cite souvent le cas de ces pays plus robotisés que la France (37 000 robots) où le chômage est moins important comme l’Italie (100 000) ou l’Allemagne (167 000).

3) Intelligence artificielle

La perspective d'un robot plus intelligent que l’Homme qui finirait par le supplanter n'est pas rassurante. Pourtant, selon les « pro-robots », ce n’est pas l’intelligence qui est dangereuse mais au contraire l’absence d’intelligence. Par exemple, les voitures autonomes seront probablement plus sûres que nos voitures actuelles.

"Real Humans"

Toute innovation technologique, dès qu’elle devient un peu envahissante, suscite des réactions. Il y a eu les allergiques au portable et à Internet. Il y aura les réfractaires aux robots. La série télé "Real Humans" montre les cas de figure auxquels nous pourrions être confrontés. A chacun de choisir son camp...

A voir

Pour faire connaissance avec les robots et dédramatiser le sujet, signalons l’exposition « Robot pour être vrai », au Cube d’Issy-les-Moulineaux, qui explore l’aspect esthétique et ironique des robots.