Une application pour identifier les gens dans la rue

Nouveau monde par Jérôme Colombain jeudi 16 janvier 2014

 

C'est l'application à la fois la plus utile et la plus
effrayante à laquelle on puisse rêver. Une application qui permet de
reconnaître et d'identifier automatiquement les personnes que l'on rencontre. Cela s'appelle NameTag et ça a été mis au point par une
start up californienne du nom de FacialNetwork.

Imaginez... Si vous êtes du genre peu physionomiste et que
vous avez un trou de mémoire en rencontrant quelqu'un : hop, il suffit de
prendre en photo la personne pour savoir immédiatement de qui il s'agit. Ce
sera encore plus discret si l'application est intégrée aux Google Glass, comme
le souhaite la société FacialNetwork. Mais, à l'inverse, si l'on est soi-même
surpris dans la rue au mépris de notre anonymat cela semble évidemment
détestable.

Pour identifier les criminels

L'application fait simplement appel à la reconnaissance de
visage, qui est une technologie parfaitement au point, couplée à une base de
données constituée à partir des réseaux sociaux. Il suffit de comparer la photo
prise avec tout ce qui traine sur Facebook, Instagram, etc.

En fait, FacialNetwork explique que c'est surtout pour
identifier les prédateurs sexuels, notamment sur les sites de rencontre. Pour
cela l'application interroge la base de données américaine des personnes
condamnées.

Cette appli, NameTag, devrait être disponible prochainement pour
les smartphones iOS et Android. Mais surtout à une version pour les lunettes
connectées de Google que travaille FacialNetwork.

Sauf que... problème : Google a toujours dit qu'il
n'était pas question de laisser passer ce genre de programme sur ses lunettes tant
qu'il n'y aurait pas de garantie suffisante en matière de vie privée.

De son côté, FacialNetwork explique que si l'on ne veut pas
être reconnu il suffit d'aller se désinscrire. Sauf qu'on ne trouve aucun lien pour
cela sur le site.

Ce n'est pas la première appli de ce genre. Déjà, en
décembre, une autre application du nom de FaceRec, de la société Lambda Labs, destinée aux Google Glass avait
été retoquée par Google.

Bref, ce genre de système finira forcément par arriver même
si c'est sous la forme d'applications non-officielles.

Que nous restera-t-il comme option pour préserver notre
anonymat à part se promener avec un masque sur le visage ?

Voilà du grain à moudre pour les juristes et les pouvoirs
publics .