La médecine de plus en plus high-tech

Nouveau monde par Jérôme Colombain mercredi 4 septembre 2013
©

Cet été, des médecins ont filmé des opérations avec des
Google Glass, les lunettes connectées de Google équipées d'une caméra. Pour
quoi faire ? Pour diffuser les images en temps réel à l'intention d'autres
professionnels et aussi pour des étudiants en médecine.

Ce n'est pas tout. On voit arriver de plus en plus de robots
pour les interventions chirurgicales. Par exemple, des chercheurs de Jérusalem
ont conçu un robot pour pratiquer des
intubations
. L'intubation est le fait de placer un tube dans la trachée d'un
patient pour lui apporter de l'air directement jusqu'aux poumons. C'est un acte
pratiqué assez souvent mais qui reste délicat. Le robot, baptisé GuideIN Tube, utilise des capteurs et une
caméra infrarouge braquée sur l'extérieur de la gorge du patient pour se guider.
Un peu comme certaines scies sauteuses grand public.  Cette innovation pourrait décharger les
médecins et leur permettre de se concentrer sur d'autres tâches en situation
d'urgence.

Dans le même esprit, si un robot peut pratiquer une
intubation il doit pouvoir aussi réaliser des prises de sang. C'est ce qu'a mis
au point une start-up californienne : un robot capable de procéder tout
seul à des prélèvements sanguins. Le patient glisse son bras dans un brassard
électronique. Un émetteur d'ultrasons, une caméra infrarouge et un laser et le
tour est joué... Le robot est capable de trouver la veine tout seul et de procéder
à la prise de sang. Bon, petit problème pour l'instant : le taux de
réussite ne serait que 83% mais les chercheurs ont bien l'intention de
perfectionner leur invention.

Tout cela évidemment soulève des questions. Etes-vous prêt à
vous faire piquer ou à vous faire opérer par un robot ? Pensez-vous que ce
sera plus inquiétant ou au contraire plus rassurant ?

La médecine a toujours été très branchée high-tech et depuis
quelques mois, on voit que les choses s'accélèrent avec plusieurs innovations qui
viennent de l'univers grand public.Par exemple, en avril dernier, un bébé souffrant d'une
malformation de la trachée a pu être sauvé grâce à une imprimante 3D. Les
médecins ont fabriqué en quelques heures, à l'hôpital, une petite pièce qui a pu
être utilisée comme prothèse et a permis de guérir l'enfant.