Prédire l'avenir grâce aux technologies

Nouveau monde jeudi 8 novembre 2012

Le geek prévisionniste Nate Silver

Depuis hier, un Américain est presque aussi célèbre aux Etats-Unis
que le président réélu : il s'appelle Nate Silver. Ce statisticien de 34
ans avait prédit et annoncé la victoire de Barack Obama. A la veille du scrutin,
alors que les commentateurs politiques parlaient d'un duel serré, il affirmait
que le candidat démocrate avait 90% de chances de l'emporter. Il ne s'est pas
trompé et a même donné un résultat état par état exact à quasiment 100%. Il
faut dire que Nate Silver n'est pas un débutant. Spécialisé au départ dans les
prévisions sportives, il avait donné le bon résultat de l'élection
présidentielle de 2008 dans 49 des 50 Etats américains. Après s'être fait railler
par de nombreux commentateurs politiques américains pendant la campagne, Nate
Silver incarne aujourd'hui la victoire du geek face aux  gros cerveaux de Washington. Comment fait-il ?
Nate Silver est un spécialiste du big data, autrement dit le traitement des
données en grand nombre. Pour cela, il se base sur les sondages. Mais au lieu
de considérer les sondages d'opinion un par un, il les fait tous entrer dans
son ordinateur et il en tire des prévisions qui s'avèrent étonnement exactes. Nate
Silver a exposé récemment ses théories dans un livre intitulé " Le signal
et le bruit ". Il explique que le signal c'est la vérité et le bruit c'est
ce qui nous en détourne. Il promet de s'attaquer demain aux villes afin de
prédire leurs évolutions.

Prédire les sujets qui vont buzzer

Dans le même ordre d'idée, un chercheur du MIT, Devavrat
Shah, espère, lui, prédire l'avenir grâce à Twitter. En tout cas, il explique à
l'AFP qu'il a développé un algorithme lui permettant de prévoir avec 1h30 d'avance
les fameux "trending topics" de Twitter, c'est-à-dire les sujets qui
deviennent ensuite les plus populaires. Ce scientifique estime que sa méthode
pourrait s'appliquer à tous types de données comme la bourse ou le nombre d'entrées
d'un film au cinéma, par exemple.

Les technologies remplaceront-elles un jour les boules de
cristal ? Cela semble plutôt bien parti pour.