Badoo, le site de rencontres sans scrupules

Nouveau monde vendredi 4 janvier 2013
Badoo, le site de rencontres sans scrupules
©

Histoire vraie

Adrien a 13 ans. L'âge légal
pour être inscrit sur Facebook qu'il utilise comme des millions d'ados pour
communiquer avec ses amis. Mais un jour Adrien clique par inadvertance sur l'une
des innombrables sollicitations qui apparaissent régulièrement sur le réseau
social, les fameuses applications extérieures à Facebook mais proposées dans le
cadre de la plateforme. Conséquence : en un instant, Adrien, pourtant
mineur, se retrouve inscrit sur le site de rencontre pour adultes Badoo. Son identité
et sa photo sont aspirés. Et comme Badoo est particulièrement bien référencé
dans Google, une simple requête sur son nom dans le moteur de recherche fait apparaître
désormais "sa page Badoo" en deuxième position parmi les réponses.

Fichés de force

Voilà comment fonctionne ce site d'origine russe peu
scrupuleux qui ramasse en quelques clics des milliers de données personnelles.
Des hommes et des femmes mariés se sont également retrouvés fichés à leur insu.
En juillet dernier, LeMonde.fr évoquait même le cas d'un prêtre sanctionné par
sa hiérarchie parce qu'une paroissienne l'avait découvert sur Badoo.

Plusieurs dizaines de plaintes en France

La CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés) confirme
avoir reçu plus d'une soixantaine de plaintes ces 2 dernières années contre ce
site mais malheureusement il est aujourd'hui domicilié en Grande Bretagne.

Ce n'est pas tout. Badoo utilise aussi une autre
technique basée sur le spam pour recruter artificiellement des usagers : de
simples courriels font croire qu'un ami souhaite entrer en contact et il suffit
de quelques clics pour se faire happer adresse email et données personnelles. Nous l'avons testé et c'est impressionnant. 

Se prémunir

Ces procédés quasi délictueux montrent à quel point des
officines sans foi ni loi exploitent abusivement les interactions entre les
plateformes sociales. Ce genre d'affaire n'est malheureusement pas nouveau mais
il tend à se développer.

Face à cela, les internautes doivent donc se montrer
extrêmement prudents lorsqu'ils communiquent leurs coordonnées sur un site ou
qu'ils valident sans s'en rendre compte l'exploitation de leurs données
personnelles par des applications tierces sur les réseaux sociaux.

Une fois que le mal est fait, il ne reste plus qu'à
prendre contact avec ces services pour demander un déréférencement immédiat ou,
au pire, porter plainte.