La télé publique innove pour survivre

Nouveau monde par Jérôme Colombain jeudi 5 juillet 2012

Revenir au début d'un programme en direct dont on a raté le
début... Vous en avez rêvé ? France Télévisions l'a fait ! Cela vient d'être
mis en place et ça s'appelle "Salto". Salto, c'est tout simple, c'est
un bouton de votre télécommande qui vous permet de "rembobiner" virtuellement
le film ou la série qui a commencé sans vous et dont vous n'arrivez décidemment
pas à saisir la substantifique moelle faute d'avoir vu les premières scènes. Une
sorte de salto arrière.

Innovant pour une chaîne de télé, ce service concerne pour l'instant
uniquement France 2, France 3, France 4, France 5 et France Ô et il n'est
disponible qu'entre 20 heures et minuit pour le programme en cours de
diffusion. Autre restriction et non des moindres : Salto n'est en réalité accessible
qu'aux heureux de possesseurs de téléviseurs connectées. Les fameuses télés
connectées ? Il n'y en aurait environ 2.5 millions en France. C'est peu. Et
encore, seule une faible proportion (un tiers, l'an dernier) seraient réellement
branchées sur Internet. Certains foyers possèdent des téléviseurs connectés mais
ne s'en servent pas car parfois ils ne le savent même pas. En tout cas, Salto s'affranchit
des boitiers triple play des opérateurs puisqu'il fonctionne avec une simple
réception TNT.

Cette innovation de France Télévisions, qui s'ajoute
d'ailleurs à quelques nouveautés au niveau du service Pluzz de télé de
rattrapage, et qui s'appuie sur le standard Hbb TV de télé connectée, illustre
la volonté des diffuseurs de continuer à innover pour ne pas mourir. Avec la
concurrence annoncée des géants du Web sur le petit écran, le salut viendra,
soit, d'un protectionnisme forcené avec l'aide des pouvoirs publics, soit,
d'une innovation à tout crin pour rester attractive aux yeux du téléspectateur (soit
des deux à la fois). Sous l'égide de Bruno Patino, le "M. Numérique" de
France Télévisions, le groupe public mise donc aujourd'hui sur l'innovation
pour rester dans la course.

C'est un premier pas. Il y aurait beaucoup à dire sur la tété
connectée qui est le prochain tremblement de terre en préparation dans le
domaine de l'audiovisuel.