La cité épiscopale d'Albi

Noeud emission temporaire pour le nid source 652903 par Anne Chépeau samedi 21 juillet 2012
La cité épiscopale d'Albi

A
Albi, ce 31 juillet 2010 est resté gravé dans toutes les mémoires. Au petit matin, une foule se pressait sur la place de la cathédrale, quelques heures après l'annonce du classement de la cité épiscopale. Cet intérêt ne s'est pas démenti dans les mois qui ont suivi. La ville estime
en moyenne à 30 % la hausse de la fréquentation touristique depuis le
classement Unesco. Mais ce label aujourd'hui très recherché a aussi offert à
Albi une véritable reconnaissance internationale. Au
cœur de la zone classée par l'Unesco, la cathédrale Sainte Cécile construite à
partir de la fin du XIIIe siècle, domine la ville. Austère
vaisseau de briques, la cathédrale Sainte Cécile révèle à l'intérieur un décor
éblouissant.

La cathédrale Sainte Cécile © Mairie d'Albi

La Berbie est l'autre monument emblématique d'Albi. Cette forteresse
transformée en palais épiscopal
par les évêques abrite depuis 1922 le musée Toulouse Lautrec. Les œuvres
du
peintre, natif d'Albi, ont été léguées à la ville par sa mère après la
mort de
l'artiste. Cette citadelle de briques se présente comme le prolongement
temporel
de la cathédrale Sainte Cécile. Outre
la cathédrale et le palais de la Berbie, quatre quartiers médiévaux qui se
sont
développés autour de ces deux monuments, et dont l'authenticité et
l'intégrité
ont été préservées, sont inclus dans la zone classée par l'Unesco : le
faubourg
Saint Salvie, le Castelviel, les Combes et berges du Tarn et le
Castelnau.

Le quartier du Castelnau, un des quatre quartiers inclus dans la zone classée patrimoine mondial © Mairie d'Albi