Le Minitel a-t-il changé nos vies ?

Noeud emission temporaire pour le nid source 652353 par Jérôme Colombain mercredi 25 juillet 2012

"La boulangère d'Aubervilliers
sait parfaitement interroger sa banque par Minitel alors que la boulangère de
New York en est incapable
". Voilà comme Jacques Chirac parlait du
Minitel en 1997. Même s'il y a peu de boulangeries à New York, le fait est que
le Minitel a fait plonger les Français avant les autres dans la société de
l'information.

Les premiers terminaux sont installés chez des familles
pilotes à St Malo, Versailles, Vélizy-Villacoublay ou encore Jouy-en-Josas. Objectif
des pouvoirs publics : fournir un outil simple et gratuit pour remplacer
l'annuaire papier.

Le Minitel est simple et bon marché. Pas d'image, juste de
gros dessins à base de caractères semigraphiques. C'est moche mais ça marche.

Pendant ce temps, les Américains tentent de développer un
système sophistiqué avec des images en couleurs mais qui se heurte aux faibles
débits des réseaux de l'époque et il faut parfois plus de cinq minutes pour
afficher une page.

Au début, cependant, le Minitel n'enchante pas tout le
monde. Les personnes âgées préfèrent leur annuaire papier tandis que les
groupes de presse craignent ce nouveau concurrent. Le journal Ouest France part
en guerre contre le Minitel.

Mais le succès finit par l'emporter. D'abord, avec l'annuaire
électronique, le 11 (qui deviendra le 3611), et surtout le célèbre 3615 à 60
Euros de l'heure facturé directement sur la note de téléphone.

Le lundi 28 avril 2014

Minitel 1992 publicité 3615 MGS © trustvittel

Ce modèle économique génial fera les belles heures de
nombreuses entreprises. Après s'y être opposé, les groupes de presse seront
finalement les premiers à pleurer la disparition du Minitel.

En 2000, le Minitel est à son apogée avec 9 millions de
terminaux installés et 25 millions d'utilisateurs. C'est bien plus que CompuServe
ou Prodigy aux Etats-Unis.

Cependant, il ne peut pas résister à la déferlante du Web, gratuit,
mondial et multimédia.

Le Minitel s'est éteint pour de bon le 30 juin dernier après
30 ans de bons et loyaux services.

Paradoxalement, il aura freiné le développement d'Internet en
France mais tout en démocratisant l'usage des services en ligne.

Il a réellement changé nos vies.