La coccinelle et l'éléphant

La revue de presse par Jean-Christophe Martin jeudi 28 juin 2012
La coccinelle et l'éléphant

Avec du nouveau dans l'enquête sur l'affaire Merah...

Selon le Point, les policiers ont fait parler l'iPod du grand frère de Mohamed Merah, Abdelkader, mis en examen pour complicité de crime et participation à une entreprise terroriste. Et dans cet iPod selon le Point, des éléments accablants : les enquêteurs ont trouvé des "consignes de préparation du jihad", avec des têtes de chapitre sans équivoque : "comment tromper les services de renseignements" ou encore "que faire lorsqu'on est suivi" ou "comment tromper l'ennemi". Un contenu effacé retrouvé par les enquêteurs.

Ces éléments ne sont pas les seuls qui laissent penser que le frère de Mohamed Merah a pu activement participer à la préparation des attentats de Toulouse et Montauban. Il a été également identifié par le gérant du taxiphone où deux appels ont été passés à un militaire. Pour les enquêteurs, ce jour-là, c'est bien Abdelkader Merah qui a pris rendez-vous par téléphone avec ce parachutiste qui voulait vendre sa moto et qui allait devenir deux heures plus tard la première victime de l'équipée sauvage de Mohamed Merah.

Du côté d'Internet, c'est une fable qui se taille un franc succès depuis hier, la fable de la coccinelle et de l'éléphant...

C'est à lire entre autres sur rue89 et lemonde.fr

L'éléphant, c'est le Figaro qui se fait étriller depuis hier sur les réseaux sociaux et sur les forums sur Internet. La coccinelle, c'est Madame Figaro, pas le journal, mais une vraie Madame Figaro. Elle a le grand tort de porter le même nom que le journal et de s'en servir, et du coup l'éléphant a décidé d'écraser cette prétentieuse coccinelle.

L'explication, c'est que Madame Figaro, la personne qui porte le nom, pas le journal, est une institutrice qui tient un blog pour ses élèves. Elle l'a intitulé ce qui peut paraître d'une grande logique "la classe de Madame Figaro".

Mais l'éléphant a une autre logique que les coccinelles ne peuvent pas comprendre : sur son blog justement, l'institutrice explique qu'après des semaines de pressions, le groupe le Figaro lui a finalement fait parvenir par son avocat une mise en demeure la sommant de modifier le nom de son blog sous peine de poursuites. Une mise en demeure où on rappelle à cette dangereuse criminelle qu'elle risque 3 ans de prison et 300 000 euros d'amende.

Evidemment, la coccinelle a été un peu secouée, elle ajoute toujours sur son blog que n'ayant pas la carrure ni les moyens d'affronter ces gens en justice, elle a donc pris la décision de céder et de modifier le nom du blog, en concluant que la coccinelle ne veut pas se faire écraser par l'éléphant. D'où la fable...

Depuis, les soutiens se multiplient sur Internet, c'est peu dire que le Figaro n'a pas bonne presse, indignation, dégoût, bêtise, et il y a des mots encore beaucoup plus durs. Une avalanche de réactions scandalisées.

Un internaute signale d'ailleurs au Figaro qu'il est tragique de constater que c'est un journal qui a emprunté son nom au personnage de Beaumarchais sans rien demander à personne qui vient maintenant chercher des noises à une brave dame qui - elle - ne fait que se servir de son propre nom, pour une bonne cause en plus, et rien de commercial.  

Mais la fable n'avait pas encore de morale. Il semble que l'éléphant, pris la trompe dans le pot de cette drôle de confiture, a changé d'avis vu l'ampleur prise par cette affaire sur Internet et que la morale vient de s'écrire : sur sa page Facebook, Madame Figaro, le journal, parle d'un engrenage regrettable et promet de prendre contact directement avec Madame Figaro, l'instit pour régler le problème...

Quant à la coccinelle, elle annonçait hier soir sur son blog avoir reçu un mail de Madame Figaro, le journal, qui lui laisse penser que tout bien réfléchi, l'éléphant pourrait bien laisser à la coccinelle le droit élémentaire d'utiliser comme bon lui semble son propre nom de famille. Le titre de ce dernier billet sur le blog, c'est "merci les gens", un amour de coccinelle...

La presse à la Une

La presse à la Une du 28/06/12 avec César Compadre de Sud Ouest  
 

La presse à la Une du 28/06/12 avec César Compadre de Sud Ouest

Le rendez-vous avec nos confrères de la presse écrite : ce matin avec la rédaction de Sud Ouest. Nous allons à Bordeaux pour l'événement de cette fin de semaine, la Fête du vin sur les quais de la Garonne. Une occasion exceptionnelle de découvir les meilleurs crus, et on va venir de loin pour ne pas rater ça. Une Fête du vin qui s'exporte cette année, on aussi la célébrer à l'étranger, notamment en Chine. Explications de César Compadre, le "Monsieur vin" de Sud-Ouest.