"Oui, les OGM sont des poisons !" : l'étude qui change tout

La revue de presse par Jean-Christophe Martin mercredi 19 septembre 2012
"Oui, les OGM sont des poisons !" : l'étude qui change tout
©

 

Ce matin, un gros plan, on va prendre le temps de feuilleter en détail une grande enquête, des révélations sur les OGM avec une étude qui a de quoi faire frémir le consommateur...

Et on va jouer à se faire peur ce matin, parce que ces OGM, ils sont déjà dans nos assiettes, même plus ou moins clandestinement, même à faible dose.

Sont-ils ou pas toxiques, le débat n'est pas tranché, pourtant il y a urgence, ça nous concerne tous. Alors une équipe de chercheurs français a tenté de sortir enfin du flou scientifique.

Pendant deux ans, deux cents rats ont été nourris au maïs transgénique et suivis jour après jour en laboratoire : une expérience menée dans le plus grand secret. Les résultats seront publiés aujourd'hui par une très sérieuse revue spécialisée américaine, des résultats dévoilés dès ce matin dans le nouvel Observateur.

Et ces résultats sont dévastateurs...

"Oui, les OGM sont des poisons !", c'est la Une du nouvel Observateur. Guillaume Malaurie dans le nouvel Obs parle d'une bombe à fragmentation pour les grands laboratoires, bombe scientifique, sanitaire, politique et industrielle qui va pulvériser une vérité officielle : l'innocuité du maïs génétiquement modifié. Selon cette enquête,  même à faible dose, l'OGM étudié, parfois traité au pesticide, parfois non, se révèle pour les rats lourdement toxique et même souvent mortel.

Si c'était un médicament, le nouvel Observateur précise que cet OGM devrait être immédiatement suspendu dans l'attente de nouvelles enquêtes. Car cet OGM est tellement toxique d'après cette étude qu'il pourrait passer pour de la mort-aux-rats, et cet OGM c'est le même qu'on retrouve dans nos assiettes, dans la viande, les oeufs ou le lait.

Pour en arriver là, il y a donc cette étude, elle a été menée dans la quasi-clandestinité. Un vrai thriller scientifique : tout a commencé en 2006 comme dans une série à suspense. Les chercheurs craignaient les pressions des multinationales comme Monsanto. Ils ont choisi dès le départ de travailler en secret. Ils allaient jusqu'à crypter leurs mails comme des espions, avec interdiction de parler de leur travail au téléphone.

Ensuite il a fallu récupérer des semences d'un maïs transgénique, sans passer par le labo, ce qui n'a pas été le plus facile.
Bilan : après moins d'un an de menus au maïs OGM, une hécatombe parmi les rats, décimés notamment par des tumeurs cancéreuses.

Et les photos des rats malades publiées dans le nouvel Observateur ont de quoi vous couper l'appétit...

Le nouvel Observateur 20/09/12

Le nouvel Observateur 20/09/12 

Oui, car ces rats, encore une fois, ils ont mangé ce qu'on veut nous faire manger. Des photos de rats étouffés par des tumeurs géantes, ces photos, elles vont faire le tour du monde, on va les voir à la télé et dès la fin du mois au cinéma dans le film "Tous cobayes ?" adapté du livre du chercheur qui a dirigé cette étude, le professeur Gilles-Eric Séralini.

Pour le nouvel Observateur, qui prévoit une nouvelle guerre meurtrière entre pro et anti-OGM, c'est un événement : l'ère du doute s'achève pour les OGM vec cette étude, et c'est le temps de la vérité qui commence.

Dernière précision dans le nouvel Observateur, une accusation à peine voilée en direction des laboratoires qui fabriquent des OGM mais aussi en direction des agences de santé publique, à nouveau mises en cause...

Et du thriller scientifique du début, on termine avec un très mauvais roman dans les coulisses du lobbying industriel, pharmaceutique, peut-être politique : on apprend que les cancers et les autres maladies touchant les rats apparaissent juste après trois mois d'expérience. Trois mois, c'est justement la durée des études commandées par les industriels eux-même et qui concluent invariablement que les OGM sont sans danger.

Le professeur Séralini se demande si c'est vraiment un hasard. Du coup il pose une autre question encore plus lourde de sous-entendus : est-ce que certains membres des commissions qui ont autorisé la mise sur le marché des OGM se seraient opposés à des tests de plus de trois mois parce qu'ils savaient, parce qu'ils savaient que les résultats seraient complètement différents et beaucoup plus inquiétants sur des études d'un ou deux ans ?

Mais ça va encore plus loin : le professeur Séralini ajoute dans le nouvel Obs que pour lui le plus grand scandale dans cette affaire, celui dont il ne se remet pas, c'est le manque de vigilance des agences sanitaires, "manque de vigilance" pour dire les choses aimablement. Il se demande moins aimablement s'il faut parler d'inconscience, de négligence, de lâcheté, ou pire de collusion criminelle des agences sanitaires ou de leurs experts  avec le monde industriel.

"Criminelle", le mot est lâché, et justement, dans un livre sur les OGM à paraître aujourd'hui, dont les extraits sont aussi dans ce passionnant et très inquiétant dossier du nouvel Obs, Corinne Lepage accuse les multinationales d'avoir asservi les Etats, Corinne Lepage qui veut mettre les pouvoirs publics français et européens devant leurs responsabilités judiciaire et pénale.

La presse à la Une

La presse à la Une du 19/09/12 avec Guillaume Malaurie du nouvel Observateur   
 

La presse à la Une du 19/09/12 avec Guillaume Malaurie du nouvel Observateur

On vous dévoile ce matin des révélations qui seront publiées demain dans le nouvel Observateur. "Oui, les OGM sont des poisons !", c'est la Une accusatoire du nouvel Observateur daté de demain, le 20 septembre. Le nouvel Observateur qui veut en finir avec le flou scientifique. Les OGM oui ou non sont-ils toxiques ? La réponse, catégorique, le nouvel Observateur est allé la chercher dans une expérience inédite, une expérimentation scientifique du genre à faire froid dans le dos.

Derrière cette étude de chercheurs français, des enjeux considérables en termes de santé publique et des enjeux commerciaux colossaux pour les laboratoires.

Avec cette question qui se pose forcément : jusqu'où les laboratoires savent-ils ou pas que les OGM peuvent être dangereux, et deuxième question et on va encore plus loin, on touche à la responsabilité des Etats, et là c'est Corine Lepage qui veut les mettre en face de leurs responsabilités judiciaire et pénale, dans son livre qui paraît aujourd'hui et dont le nouvel Observateur publie des extraits.

Explications avec Guillaume Malaurie qui a réalisé le dossier pour le nouvel Observateur.