A la recherche de la glace la plus vieille du monde

L'histoire du jour par Jean Leymarie mercredi 29 février 2012

Ces scientifiques explorent l'Antarctique. Ils viennent de
terminer une expédition de 37 jours, que vous découvrirez dans le journal suisse
Le Temps
et sur le site Futura Sciences.

Le 20 décembre dernier, ils sont une douzaine à quitter
Concordia, la base franco-italienne de l'Antarctique. Ce sont des pionniers. Ils
vont explorer des zones où aucun homme n'est jamais allé. Leur objectif est
ambitieux : ils veulent identifier la meilleure zone pour creuser en profondeur.
A plusieurs kilomètres sous la glace, ils espèrent trouver des couches très
anciennes, dans lesquelles du gaz carbonique a été piégé puis recouvert par
d'autres couches de glace. Grâce à la quantité de gaz qu'ils vont découvrir, ils
espèrent mieux évaluer le changement climatique. A Concordia, les spécialistes
ont déjà foré jusqu'à 3000 mètres de profondeur. Ils ont trouvé des glaces
vieilles de 800 000 ans.

Cette fois, l'expédition veut aller plus loin. Fin décembre,
trois gros tracteurs se mettent en route vers la base russe de Vostok, au sud de
Concordia. Dans le journal Le Temps, Caroline Depecker décrit les petites
caravanes qui logent les scientifiques, les laboratoires ambulants qui doivent
recueillir les échantillons de glace. Les conditions sont correctes : à bord du
convoi, il y a une petite douche, l'eau chaude et des toilettes intérieures.

Sur le plan scientifique, c'est plus difficile. Il fait assez
doux (-20 degrés) mais la météo est mauvaise, et l'avion chargé de matériel ne
peut pas décoller pour rejoindre l'équipe. Les chercheurs prélèvent tout de même
des échantillons, ils avancent et ils finissent par recevoir leur équipement
sophistiqué. Ils ont le temps de réaliser plusieurs profils radars. Le site
Futura Sciences explique ces échantillons vont maintenant être rapatriés en
France, à Grenoble, où ils seront analysés. Les spécialistes n'ont pas encore
déterminé la zone idéale pour forer la glace et remonter aussi loin qu'ils le
veulent. Ils cherchent encore.

Ils ne sont pas les seuls dans cette zone. Au début du mois, une
équipe russe a atteint un lac sous quatre kilomètres de glace. Ce lac est sous
doute enfoui depuis plus d'un million d'années. Les Russes sont ravis. Cette
découverte est une question de prestige national. Mais d'autres équipes sont
inquiètes. Elles redoutent que les Russes aient pollué ce lac enfermé sous la
glace. L'Antarctique est préservé mais il est fragile.