Un ours, un robot et une parodie de Bref

Bear 71

Nous sommes dans le parc national de Banff, dans les rocheuses canadiennes, et cette expérience interactive commence par une vidéo: on y voit un grizzly au milieu des arbres et des rangers qui s'affairent autour... Le tout sur une musique un peu angoissante. Ils sortent une carabine et une cartouche anesthésiante, tirent sur l'ours qui s'effondre, lui mettent un émetteur-récepteur autour du cou, lui agrafent un numéro à l'oreille. Et on entend une voix, celle de l'ourse numéro soixante et onze.

Bear 71, c'est donc cette femelle grizzly qu'on va suivre pendant tout le webdocumentaire du même nom. Elle va nous raconter sa vie et nous expliquer qu'elle est observée en permanence par les gardes forestiers à l'aide d'une quinzaine de caméras et de détecteurs de mouvements. Elle va questionner notre rapport à la technologie et notre soif d'informations à l'ère numérique.

Le dispositif se présente comme une carte en relief, une grille en 3D. Sur cette grille, des points qui se déplacent : il y a l'ourse numéro 71 bien sûr et puis le chevreuil numéro 325, le renard numéro 12 et l'humain numéro 5029... Vous, quoi.

Publié

Bear 71 © ONF

Vous allez suivre tous ces animaux sauvages et découvrir leur vie grâce à des dizaines de vidéos et de photos. C'est de la réalité augmentée à l'échelle du parc national et c'est surtout un formidable témoignage sur les relations entre l'homme et la vie sauvage. C'est signé par l'Office national du film canadien. C'est très bien fait, comme toutes leurs productions, et franchement, ça change du docu animalier planplan sur lequel on zappe en pleine nuit... D'ailleurs, gage de qualité suprême, le webdoc a été sélectionné au festival du film indépendant de Sundance.

 

Robot

Après les relations de l'homme avec l'animal, passons à nos rapports avec les machines, grâce à un court-métrage oublié du créateur des Muppets. Il date de 1963, soit quinze ans avant que Jim Henson ne devienne une star mondiale avec Kermit et Miss Piggy. Ce petit film donc, c'est une commande pour un séminaire de Bell System (AT&T), le France Télécom américain de l'époque. Il met en scène un clone de Wall-E avec de grands yeux ronds, un corps en forme de micro-ondes préhistorique et des voyants qui clignottent partout. Au début de ce petit film de 3 minutes, le robot se présente comme notre meilleur ami. Et puis petit à petit, il se met à fumer, à émettre de drôle de sons... à buguer quoi. Et puis il pète carrément les plombs et répète en boucle que les machines n'ont pas besoin des hommes et qu'elles peuvent se débrouiller toutes seules.

Le lundi 28 avril 2014

AT&T Archives: Robot

AT&T Archives: Robot 

 

Bref, MegaUpload a fermé...

Pour une fois, c'est une parodie réussie de la série de Canal +... Et c'est assez rare pour être signalé. On la doit à deux jeunes français très drôles, Côme et Antoine.

Ils racontent comment ils en sont venus à utiliser la plateforme de partage de fichiers, comment ils y ont pris goût... Le tout dans un montage saccadé, avec du gros son, tous les codes visuels et langagiers de la série Bref, mais aussi tous les aléas rencontrés par les utilisateurs de MegaUpload : les pubs intempestives, la limite d'utilisation de 72 minutes, les temps de chargement interminables...

Alors un jour, ras le bol des problèmes : le héros du film décide de prendre un abonnement payant au service, pour télécharger tranquillement un maximum de films. Il opte pour l'abonnement à vie. Quand soudain, c'est Claire Chazal qui brise le rêve...

Le lundi 28 avril 2014

Côme et Antoine : Bref, Megaupload a fermé

Côme et Antoine : Bref, Megaupload a fermé 

Bref, ma chronique est terminée.