Pourquoi dit-on "qui dort dîne" ?

Les Pourquoi par Philippe Vandel samedi 20 février 2016
écouter l’émission disponible jusqu'au 15/11/2018
qui dort dîne
qui dort dîne © Fotolia/ Igor

On le dit et on le pense : qui dort dîne. Cette rengaine est bien plus qu’un proverbe.

“Qui dort dîne”, ça sert à faire taire les pauvres et surtout les enfants affamés ; quoique l’un n’empêche pas l’autre, malheureusement.

Un bon lit éclipserait un bon repas, comme si les fonctions cérébrales du sommeil étaient en prise directe avec l’estomac. Une anesthésie de la faim, en quelque sorte.

On retrouve même ce conseil, pour ne pas dire cette injonction, dans des articles soi-disant très sérieux sur les régimes.

Est-ce vrai ? Est-ce faux ? Là n’est pas la question.

Cet apparent cynisme n’a rien de scientifique. Il remonte à une coutume hôtelière du XVIII° siècle. Lorsque le voyageur voulait louer une chambre pour y passer la nuit, l’aubergiste l’obligeait à dîner sur place, histoire de rentabiliser l’opération. Un peu comme dans les fast-food, où le règlement vous oblige à commander un hamburger pour avoir droit à une bière, généralement sans bulles (encore que cette mesure comporte une volonté louable de contenir l’ivresse publique). Plus exactement comme au Café du Commerce, quand le patron affiche sur la glace du comptoir : “Les cigarettes et les toilettes sont réservées aux consommateurs”.

“Qui dort dîne” était en fait l’écriteau qu’il y a deux siècles, les aubergistes clouaient au mur à l’intention de leur clientèle.

Scientifiquement, cette injonction ne vaut pas un plat de lentilles. Car dormir n’assouvit pas la faim. C’est même l’inverse : pendant notre sommeil, le corps continue à consommer de l’énergie (des calories) pour maintenir les fonctions vitales et l’activité cérébrale.

Inversement, bien dormir nécessite de peu remplir son assiette et son verre. Il va de soi qu'il faut bannir les boissons excitantes -thé, café, cola-. L’alcool est un faux ami :  certes il pousse à l'assoupissement, mais il n’entraîne pas un sommeil de bonne qualité, c’est à dire réparateur.

Mieux vaut attendre au moins une heure après un repas avant de se coucher. La digestion sera plus facile. Car pendant cet épisode, la température corporelle augmente un peu, alors que pour bien dormir elle doit être relativement basse (comme celle de la chambre).

Et vous connaissez l’adage : il faut"petit déjeuner comme un roi, déjeuner comme un prince et dîner comme un mendiant".

Tous les proverbes ne disent pas n’importe quoi.

Jusqu’à preuve du contraire...