Champions du monde des obèses

Les aventuriers par Régis Picart samedi 14 avril 2012

Ce point
minuscule sur la carte a eu son heure de gloire dans les années soixante dix.
Grâce à un important gisement de phosphate, les Nauruans ont pendant un temps
étaient les plus riches au monde. Une richesse qu'ils ont un peu gérée comme
des gagnants de la super cagnotte du Lotto. C'est-à-dire n'importe comment. Les
autorités ont investi dans tout et n'importe quoi, elles ont répondu sans
méfiance aux appels d'escrocs en tout genre, les habitants ont changé leur
habitude alimentaire à tel point qu'aujourd'hui c'est aussi le pays qui compte
le plus d'obèses et de diabétiques au km².

Le photographe
Matthieu Paley s'est intéressé à ces habitants du bout du monde.

Nauru a donc fait faillite et
pour renflouer les caisses ils se sont déclarés paradis fiscal. Les
organisations criminelles du monde entier  ont saisi l'aubaine pour y blanchir leur
argent sale. Ce qui n'a pas été du goût des puissances occidentales.

Malgré ces déboires successifs,
Matthieu Paley a été frappé par l'optimisme imperturbable des Nauruans….   

"On pourrait croire quand on arrive sur cette île
perdue qu'ils sont tous là en train de pleurer parce qu'ils avaient tellement
d'argent et que maintenant ils n'en n'ont plus. Mais ils ne pensent pas trop à
ça. Ils ne sont pas tournés vers le passé et à se plaindre. Et c'est un peuple
assez heureux, qui a le sourire, et moi, c'est ça qui m'a marqué. Et c'est ça
aussi que j'ai voulu traduire dans mes images. Qu'on arrête de toujours de dramatiser
mais que l'on montre aussi que la survie psychologique d'un peuple qui continue
à être heureux et qui, dans certains cas, a appris les erreurs du passé et se
retourne maintenant vers la pêche, par exemple. Donc, pas partir dans le drame.
Non, ça, pas question."

Matthieu Paley
a constaté que les Nauruans essaient de relancer  l'exploitation du phosphate, mais cette fois,
c'est promis, ils ne jetteront plus l'argent par les fenêtres.