"Chaos Calme" et "Le dernier roi d'Ecosse" : deux romans à relire

Le zoom culture jeudi 5 juillet 2012
"Chaos Calme" et "Le dernier roi d'Ecosse" : deux romans à relire

  • Chaos calme de Sandro Veronesi en poche. Le monde entier dans un livre ! Un hymne à l'amour des pères pour leurs enfants. Récompensé par l'équivalent italien du Prix Goncourt.

Mot de l'éditeur

Après avoir sauvé une femme de la noyade, Pietro Palladini apprend que la sienne vient de mourir. Incapable d'extérioriser sa peine, il se terre dans sa voiture des journées entières, posté devant l'école de sa fille. Peu à peu, les gens viennent lui confier leurs malheurs. Dans ce magnifique roman sur le deuil, porté par une écriture à la fois sobre et incroyablement dense, Sandro Veronesi nous parle d'un sujet universel, celui de la renaissance à la vie. Ou comment se réapproprier sa place d'homme parmi les hommes.

 

  • Le dernier roi d'Ecosse aux éditions de L'Olivier. L'histoire d'un jeune médecin ayant rencontré Imin Amin Dada. Un roman fantastique qui mêle l'espionnage, les parfums de l'Afrique, la peur et la politique. Et qui explique la fascination pour les dictateurs.

La fascination du didacteur vue par Giles Foden © Editins de l'Olivier

Mot de l'éditeur

Journaliste au Guardian, Giles Foden est l'une des plumes les plus stupéfiantes de sa génération. Avec des romans où se mêlent fiction et réalité, personnages romanesques et personnalités politiques, il développe une œuvre singulièrement ancrée dans l'actualité internationale.

Écrit en 1998, son premier roman, "Le Dernier Roi d'Écosse", est stupéfiant de rigueur et d'inventivité. Soit Nicolas Garrigan, un médecin écossais jeune et dynamique, affecté en Ouganda dans le cadre d'une convention d'échange. Son arrivée dans le pays coïncide avec la prise de pouvoir musclée du général Idi Amin Dada, il prend son poste au dispensaire de Mbarara et découvre le chaos, la violence et la misère dans lesquels s'installe durablement le pays. Devenu le médecin personnel du président, puis son confident, par la force d'un hasard étrangement organisé, Garrigan est contacté par les services de renseignement britanniques qui lui demandent dans un premier temps de collaborer avec eux, puis de supprimer Amin. "Chaque jour, on massacre des gens par centaines, et que faites-vous ? Vous menez votre petite vie, en pataugeant dans ce cloaque comme si de rien n'était. Car à moins que vous ne fassiez quelque chose, vous êtes dedans jusqu'au cou, Nicolas. Ce pays tout entier n'est plus qu'une vaste fosse d'aisance, et vous êtes l'un des rares à pouvoir la vidanger un peu." Si Garrigan prend progressivement conscience des atrocités commises par le pouvoir, sa conscience professionnelle l'empêche d'injecter la dose d'adrénaline qui libérerait le pays d'un dictateur...