"L'aéroport de Nantes est celui dont le trafic a le plus augmenté en 10 ans" ?

Le vrai du faux par Antoine Krempf lundi 7 mars 2016
Bruno Retailleau exagère le succès de l\\\'actuel aéroport de Nantes
Bruno Retailleau exagère le succès de l'actuel aéroport de Nantes © Maxppp

Le sénateur Les Républicains et nouveau président de la région Pays de la Loire, Bruno Retailleau, exagère le succès de l'actuel aéroport de Nantes. Si sa fréquentation a plus que doublé en dix ans, d'autres ont fait mieux.

Le nouveau président de la région Pays de la Loire, Bruno Retailleau, milite activement pour la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Et parmi ses argumentats, le sénateur Les Républicains affirme que l'actuel plateforme de Nantes est celle dont le trafic a le plus augmenté sur les dix dernières années. Pourtant, ce n'est pas ce que montrent les chiffres de l'Union des aéroports français, qui regroupe l'essentiel des aéroports français. 

Si Nantes a plus que doublé sa fréquentation depuis une dizaine d'années, les aéroports de Beauvais et Bâle-Mulhouse ont donc connu un succès encore plus grand. Plus largement, mis à part Strasbourg, l'ensemble des grands aéroports régionaux ont connu une hausse de fréquentation ces dernières années. L'an dernier, leur trafic a globalement plus progressé que celui des deux géants parisiens, Orly et Roissy.

Le low-cost représente près de la moitié du trafic

Un succès qui s'explique essentiellement par le low-cost. Dans le sillage de Beauvais-Tillé, qui marche quasi-exclusivement avec des compagnies à bas-coûts, les autres principaux aéroports français ont également pris le virage depuis plusieurs années. La part du low-cost représente désormais près de la moitié du trafic des aérports régionaux, contre moins du tiers il y a encore cinq ans. 

L'aéroport de Nantes en a donc profité pour faire grimper sa fréquentation à près de 4,5 millions de passagers. Mais pas au point de rivaliser avec les leaders régionaux comme Nice, Lyon, Marseille ou encore Toulouse. Ces quatre-là concentrent la moitié des passagers régionaux sur un total de 170 aéroports français.