"Jamais autant de gens n’ont parlé le français à travers le monde" ?

Le vrai du faux par Matthieu Mondoloni mardi 15 mars 2016
écouter l’émission disponible jusqu'au 09/12/2018
Mitterrand
Frédéric Mitterrand en avril 2015. © Maxppp

Selon Frédéric Mitterrand, les francophones sont de plus en plus nombreux. "Jamais autant de gens n'ont parlé le français à travers le monde", a affirmé lundi l'ancien ministre de la Culture. C'est vrai.

Lundi sur France Inter, Frédéric Mitterrand a dénoncé l’auto flagellation trop régulières, selon lui, des francophones : "La pauvre francophonie. On est écrasé par l’anglais. Ce n’est pas vrai ! Jamais autant de gens n’ont parlé le français à travers le monde“, a-t-il affirmé.

L'ancien ministre de la Culture a raison. Il y a actuellement 274 millions de francophones à travers le monde. C’est un record selon un rapport de l'Observatoire de la francophonie publié fin 2014. En 2010, les Francophones étaient 220 millions. En quatre ans, ça fait une belle augmentation : + 20%.

Comment explique-t-on cette hausse ?

Cette hausse importante est due au fait que le français est une langue d’enseignement très forte, notamment en Afrique. Sur ce continent, les progrès de la scolarisation font que de plus en plus de jeunes africains parlent notre langue. "55% des francophones sont aujourd’hui des Africains. C’est 15% de plus, et en quatre ans à peine", explique Alexandre Wolff, responsable de l'Observatoire de la francophonie.

Le Français se porte bien et se situe à la cinquième place dans le classement des langues les plus parlées au monde. Il est derrière le Mandarin, mais qui est une langue parlée quasi uniquement en Chine, on appelle ça une langue intra-nationale. Le français reste également derrière l’anglais, l’espagnol et l’arabe, des langues dites extra-nationales.

Mais ça devrait changer dans les années à venir. D’ici 2060, et selon les projections de l’Observatoire de la francophonie, le Français pourraient être parlé par 760 millions de personnes, passant ainsi devant l’arabe ou l’espagnol. La langue de Molière passera devant celle de Cervantes, mais restera toujours derrière celle de Shakespeare.