"En Europe, 19 pays sont dirigés par des coalitions gauche-droite"

Le vrai du faux par Matthieu Mondoloni lundi 4 janvier 2016
écouter l’émission disponible jusqu'au 29/09/2018
Lefebvre
Le député Les Républicains Frédéric Lefebvre à l'Assemblée nationale en 2015. © Maxppp

Pour sortir de la crise, gauche et droite doivent-ils s’allier pour gouverner. C’est en tous cas le souhait du député Les Républicains Frédéric Lefebvre qui appelle de ses voeux une grande coalition nationale dépassant les clivages traditionnels. Selon lui, c'est déjà le cas dans 19 pays de l'Union européenne. C'est faux.

Si l'on fait le compte des gouvernements au pouvoir dans les 28 pays membres de l’Union européenne, seuls onze -et non 19- sont effectivement le fruit de coalitions transcendant les habituels clivages entre gauche et droite. Parmi eux, on trouve les Pays-bas, l’Italie avec le gouvernement de Matteo Renzi, la Grèce ou encore l’Allemagne.

Coalitions en Europe

Coalitons gauche-droite qui fonctionnent ?

Dans les pays où elles sont en place, on peut toutefois se poser la question de savoir si ces coalitions gauche-droite fonctionnent. Parfois, elles sont arrivées, comme en Grèce, trop récemment au pouvoir pour juger de leur réussite ou de leur échecs. Ce qui est certain en revanche, c’est qu’elles subissent régulièrement des tensions au sein de leur majorité ainsi constituée.

C'est le cas par exemple de la Finlande. Une coalition est officiellement toujours au pouvoir, mais elle a perdu certains de ses alliés précieux -de gauche ou écologistes- après des politiques de coupes budgétaires dans les dépenses sociales ou en raison d’un projet controversé de central nucléaire. En Allemagne, la coalition au pouvoir fonctionne, mais elle a récemment encore subi des épreuves. Outre-Rhin, c’est la politique face à l’afflux record de migrants qui ne parvient pas à dépasser les habituels clivages entre droite et gauche et qui génèrent des tensions régulières.

Difficile donc de jurer qu'une coalition gauche-droite permettrait de faire sortir de la crise ou de transcender les habituels clivages entre les deux camps.