Marisol Touraine dit-elle vrai sur les dépassements d'honoraires médicaux ?

Le vrai du faux vendredi 12 octobre 2012
Marisol Touraine dit-elle vrai sur les dépassements d'honoraires médicaux ?
©

Vrai  

Chez les médecins spécialistes, le taux de dépassement a été multiplié par 2,5 entre 1985 et 2011. (Chiffres de la Caisse nationale d'assurance maladie)
En 1985, cinq ans après la création du Secteur 2 (honoraires libres), le dépassement d'honoraire moyen était de 23% par rapport au tarif opposable (tarif de la Sécurité sociale). En 1995, l'écart passe à 29%. En 2000, 37%. En 2005, 49% et en 2011, il atteint 56%. 

Grosses disparités

Dans la catégorie des spécialistes, le taux de dépassement moyen le plus élevé se trouve chez les gynécologues chirurgicaux et obstétriciens (83% plus chers que le tarif de la Sécurité sociale). Les pédiatres, 63%. Les ophtalmologistes, 60%.  
Ce ne sont là que des moyennes car les dépassements peuvent atteindre des sommets dans les grandes villes, notamment Paris (150%). En revanche, en dehors des grandes villes, les dépassements sont beaucoup moins répandus (25% en moyenne en zone rurale).

Secteur 2, spécificité française   

42% des spécialistes sont aujourd'hui en secteur 2 et environ 10% des généralistes. Le secteur 2 a été créé sous le gouvernement Barre en 1980 pour que les médecins puissent gagner plus sans creuser le trou de la Sécu. D'après de code la santé publique, il est stipulé que le dépassement d'honoraires se pratique "dans le respect du tact et de la mesure".
Le secteur 2 est une spécificité française. Cela veut-il dire que les médecins français gagnent plus que leurs collègues étrangers ?

Français moins payés que les Britanniques, notamment...

Et bien non. Jean de Kervasdoué, professeur aux Conservatoire national des arts et métiers, spécialiste des questions de santé, affirme que les médecins français gagnent "60% de moins que les médecins anglais, deux fois moins que les médecins allemands, 2,5 moins que les néerlandais et 3 fois moins que les médecins américains". Jean de Kervasdoué ajoute que "les médecins s'installent tard. 34 ans pour les généralistes et 38 ans pour les spécialistes ; ils vont avoir une vie professionnelle libérale relativement courte".

Revenus moyens en 2008

D'après la DRESS (les statistiques du ministère de la Santé), la moyenne des revenus annuels déclarés par les médecins libéraux français était de 97.400 euros en 2008. 121.300 pour les spécialistes. 76.600 pour les généralistes. Les radiologues sont ceux qui ont déclaré le plus en 2008 : 173.900 annuels.