Le "fils de Christiane Taubira en prison" : la récidive d'une fausse rumeur

Le vrai du faux numérique par Antoine Krempf mardi 3 mars 2015
écouter l’émission disponible jusqu'au 26/11/2017
Le retour de la fausse rumeur sur le fils de Christiane Taubira
Le retour de la fausse rumeur sur le fils de Christiane Taubira © DR

Une rumeur vieille de deux ans refait surface depuis quelques jours : "la ministre de la Justice se rend tous les dimanches en hélicoptère en Alsace pour rendre visite à son fils emprisonné pour meurtre". C'est faux.

La fausse rumeur a déjà été démontée à plusieurs reprises en 2013... mais elle revient en force depuis quelques jours: "selon des fuites pénitentiaires, Christiane Taubira se rend tous les dimanches en hélicoptère visiter son fils emprisonné en Alsace sous un faux nom".  

Mais d'où vient cette fausse rumeur ? 

Elle a fait son apparition au printemps 2013 avec la diffusion d'une lettre. "Je suis la mère du jeune que  votre fils a assassiné cruellement dans la station service où il travaillait de nuit pour pouvoir payer ses études et aider sa famille", explique un texte attribué à une certaine Edith Besançon, accompagné d'une adresse et d'un numéro de téléphone. 

Pourquoi c'est faux ? 

Edith Besançon existe bien. Mais "aucun de mes fils n'a été assassiné. Quant à Madame Taubira, je n'ai rien de particulier contre elle", expliquait l'octogénaire en 2013 dans un article du Dauphiné Libéré. En fait, cette lettre existe déjà dans d'autres pays et d'autres langues. La voici par exemple dans sa version espagnole : le texte publié en 2009 s'adresse à la membre d'un membre de l'organisation terroriste basque ETA

Comme l'explique Francetvinfo, sur la base de l'autobiographie de la ministre de la Justice, l'un des quatre enfants de la ministre de la Justice a bien été inquiété par la Justice dans les années 90 en Guyane pour "non-port du casque" en scooter et écope alors d'un rappel à la loi et d'une inscription dans son casier judiciaire. Il a également été soupçonné d'être impliqué dans un vol de scooter avant d'être innocenté.

Par ailleurs, le fils aîné de Christiane Taubira aurait également été inquiété pour "complicité de vol" par le tribunal de Bourges. La ministre aurait alors tenté de faire annuler la "condamnation avec dispense de peine", d'après le magazine Valeurs actuelles. A chaque fois, il s'agit donc de délits et non de crime... aucune trace de meurtre.