L'abandon des ondes moyennes à Radio France

Le rendez-vous du médiateur par Bruno Denaes samedi 16 janvier 2016
écouter l’émission disponible jusqu'au 11/10/2018
La fin des Ondes Moyennes
©RadioFrance

Depuis le 1er janvier, il n’est plus possible d’écouter France Info sur les ondes moyennes. Le médiateur des antennes de Radio France, Bruno Denaes, revient sur cette disparition des ondes moyennes.

Jean-Michel Kandin, directeur général adjoint de Radio France, en charge des techniques et des technologies nouvelles, donne les raisons de l'abandon de ce type de diffusion : notamment une audience marginale face aux coûts de diffusion (14 millions d'euros pour Radio France). Par ailleurs, les nouveaux modes d'écoute ont la faveur du public.
Autre raison : d’un point de vue écologique, les émetteurs OM étaient très énergivores.

 

Des auditeurs ont écrit des Pays-Bas, de Belgique et du Portugal regrettant de ne plus pouvoir écouter France Info en ondes moyennes

Y a-t-il des solutions ?
Il faut savoir que 7% des auditeurs de France Info écoutent la radio sur un support connecté.
Quant à l'écoute en voiture : la 5G et les voitures connectées se généraliseront d'ici cinq ans.
Mais, en attendant, Radio France va déployer de nouveaux émetteurs (écoutez cette chronique pour en obtenir la liste détaillée par Jean-Michel Kandin)

Pour terminer : ce message d’un auditeur qui habite dans le sud de la Sicile et qui écoutait France Info grâce à l’émetteur Ondes Moyennes de Bordeaux, 2 500 km plus loin :
"C’est la fin d’une belle période des communications. Bravo aux techniciens qui l’ont fait vivre pendant des décennies", nous écrit-il. Et il ajoute :"Je me suis résolu à écouter France Info via internet, mais avec une bien meilleure qualité".

Pour aller plus loin consulter l'article disponible sur le site du médiateur
La fin des ondes moyennes

Poursuivez le dialogue avec le médiateur des antennes via nos comptes twitter  et Facebook ou poster un message au médiateur sur le site du médiateur  et prolonger les débats de l'antenne.